Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bonheur - Page 2

  • 14 juillet 2007

    Bonjour à tous les jeunes,  

    En attendant vos textes, dessins, photos, musique, tous les témoins de vos goûts ou de vos passions, je fais exister ce blog… qui vous attend, vous les moins de 18 ans.

    Le 14 juillet j'ai suivi de près un défilé que je dirais à la fois traditionnel, dépoussiéré, européen et plus encore. Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, est allé saluer les familles au niveau de la statue de Clémenceau, faisant stopper les chevaux de la garde républicaine. L'émir du Qatar était près de notre président, comme étaient proches aussi  tous les jeunes "cabossés" de la vie aux premières loges pour ce premier défilé d'une nouvelle ère. Après la prestation des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, puis celle de Benoît Cascade élève de Saint Pierre Fourier évoquant Robert  Schuman, l'un des pères de l'Europe  et beaucoup d'autres, j'ai suivi avec un pur bonheur les 9 d'une patrouille de France toujours aussi performante.
    Ce défilé n'a cessé de me rappeler la Liberté, inscrite au fronton des Mairies, et dont de nombreux garçons et filles de votre âge sont privés très injustement. Pourquoi ? Parce que ces jeunes, non délinquants,  sont empêchés de vivre  leur vie au nom de circuits dont on  peut espérer que le tout neuf  Président  de tous les français  décidera de faire du ménage.  Car il serait impossible à  notre Président, Nicolas Sarkozy,  de faire supporter à son plus jeune fils  un tel traitement  indigne de la République Française. Aider les jeunes "cabossés" involontaires de la vie est légitime; comme il est légitime de ne pas en "fabriquer" d'autres de toutes pièces alors que cela peut être évité.
     
    Le soir, j'étais au Champ de Mars, vaste lieu  prévu pour l'exercice militaire, pour un bain de foule bon enfant et la prestation de Michel Polnareff, talentueux musicien et travailleur acharné, doté par le hasard de mille capacités qu'il a toujours su utiliser. Pour vos parents intéressés, "notre" Michel peut être entendu en province, dont à Châlons en  Champagne lors d'une foire de septembre déjà fort animée au Moyen Age. Avis aux familles !

    Voilà, les vacances estivales ont pris le relais pour un certain nombre d'entre vous, soit sur place avec des journées vécues autrement, soit en allant passer quelque temps en un autre lieu.
    Quelles que soient vos vacances, vivez-les à fond, dans la joie.
    Vivre dans la bonne humeur et la joie ne dépend que de vous. Apprendre à vivre heureux est une conquête très personnelle, que personne ne peut vous voler. C'est une attitude de l'esprit qui vous aidera chaque jour, vous et tous ceux qui vivent près de vous.
    C'est - par grande chaleur - l'histoire du verre d'eau bu à moitié: le tristounet pessimiste dira: "Il ne reste plus que la moitié de l'eau du verre !", alors que l'heureux optimiste s'exclamera: "Chic! Ce verre est encore rempli d'eau jusqu'à moitié !"

    Et rappelez-vous ! Le bonheur ne se résume pas à une question de + ou - possession d'argent ou de biens en nature, bien qu'un minimum soit nécessaire.
    Le bonheur c'est apprendre à vivre en s'émerveillant toujours du côté positif de ce qui se passe chaque seconde. Tous ces petits "plus" de trois fois rien qui réjouissent le cœur et sont la trame de la vie; ils sont bien plus nombreux que les "grands événements" tels un examen réussi, un succès sportif, l'accès chez les Petits chanteurs à la Croix de Bois, etc…Le bonheur  est  le trésor inviolable caché en chacun  et que chacun peut découvrir. Le bonheur n'a pas de prix; d'ailleurs il ne s'achète pas.
    En ces temps de vacances scolaires, cultivez le bonheur ! et si besoin donnez l'exemple aux plus grands: ça peut les aider, qui sait ?

    Françoise

     

     

     

     

  • Fête de la Musique et Solstice d'été

    Ce soir on chante, on danse, on joue de la musique !

    Ce 21 juin 2007 l'été arrive, jaillissant du jour le plus long de l'année: celui du solstice d'été.

    Je ne sais pas si vous pourrez sauter par-dessus les feux de la saint Jean - en ville ils ne semblent pas signalés - mais chacun peut participer ce jour à la fête de la musique.

     

    Les 11-13 ans que je vois chaque semaine ont souvent le bonheur de pratiquer un instrument: piano, violon, flûte, etc…; d'autres chantent en groupe gospel ou concourent pour intégrer en classe de 6ème les Petits Chanteurs à la Croix de Bois… ; d'autres dansent le hip hop….

    C'est un bonheur de vous voir tous "avec des étoiles dans les yeux" (je cite un 17 ans talentueux, comme chacun de vous) si nombreux en train de réaliser vos rêves, en train de réussir votre vie.

    Ce soir hugo, éolia, camille, diane, rudy, quentin, ottilia, amélie, julien et tous les autres qui se reconnaîtront vous allez vivre des heures à votre goût, en famille ou/et avec vos copains et copines, en partageant ce "cadeau des dieux": la musique.

     

    Les oiseaux à chaque aube montrent le chemin. Mais ce jour c'est partout, en France et ailleurs (on a copié l'initiative de Jack Lang), que l'on va vivre en musique: rock, techno, tzigane, sacrée etc….

    A cette occasion, je vais reprendre quelques airs de piano - le thème d'Harry Potter sûr, et sortir de son coin ma guitare.

    Puis j'irai place de la Réunion, près de chez moi dans ce 20 ème parisien participer à l'allégresse générale.

     

    Qui de vous va ce soir intervenir au sein d'un groupe musical ? En faisant quoi ?

    Qui de vous va devoir rester à l'écart de cette fête collective et populaire pour des raisons de santé ou d'autres raisons conduisant à rester enfermé ? Alors que les rythmes perçus mettent des fourmis dans les jambes ou au bout des doigts ou de la voix !

     

    Ce jour je songe très fort - avec tous ceux qui le soutiennent - à Jean, garçon sympa et sans histoire de 13 ans. "Enfermé" - alors qu'il n'a jamais rien fait de répréhensible - en foyer justice/ASE depuis la fête de la musique 2006 et privé de cette musique qu'il aime autant que la liberté ! Privé aussi de Julie, sa complice de sœur de 9 ans. Orphelins de père depuis avril 2003, Jean et Julie ont surmonté cette épreuve car eux, dont le papa est mort, ils veulent vivre ! Mais on ne les écoute pas ! Pas encore !

    Alors pensez à eux en vous réjouissant à leur place ce soir. Pour que cette fête de la musique redevienne une vraie fête pour eux, comme pour vous.

     

    Dans la nuit de ce solstice, je penserai à vous tous, les moins de 18 ans et les plus grands qui bataillent dur pour donner vie à leurs rêves. Continuez!

    Car faire vivre ses rêves c'est le bonheur ! Vous le savez bien !

    Vivez ces heures en joie, en liesse, et mettez un commentaire, si vous le voulez, sur ce que vous avez fait de super et sur ce que vous aimeriez lors d'une prochaine fête de la musique.

    A bientôt

    Françoise