Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NAT - Page 5

  • A propos des NAT

    Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Sur les NAT il y a sur ce blog de nombreux articles: enfants "précoces"=NAT: 12.2.08,  22.2.08, 8.3.08,26.3.08,  placements: enfants,chiens,chats 26.4.08, Es-Tu NAT ? 1.5.08, NAT à Tel Aviv, Montpellier,Londres 4.5.08,Bis: Arnaque aux NAT grâce à Annecom 10.5.08, NAT violenté au collège ! 10.5.08, New Age: Indigo,cristal etc… : pas Nat !24.5.08, NAT Chamboule tout ? 4.6.08, NAT: Mes déboires avec les psy…15.6.08, Témoignage NAT:Dominique 23.6.08, Do et ses "psys" 2.7.08, Suite de Do et ses psys 2.9.08, NAT ou « précoces » »  à TF1 4.9.08, AFEP: votre participation à la recherche 12.11.08, AE-HPI Coaching: stagiaires 14.11.08, NAT ou Normaux ATypiques ou "précoces": spectacle 2.3.09, L’école et les précoces (=Normaux Atypiques ou NAT) avec l’AE-HPI 23.3.09, Q.I. ETES-VOUS ? 25.3.09,.

     

    Il n’y a pas 2 enfants pareils, pas 2 Normaux Typiques pareils.

    eaubonne 20 mai 2008 040.jpgIl n’y a pas non plus 2 NAT, Normaux Atypiques, pareils que d’autres appellent « précoces », surdoués, etc…do 15.6.08.jpg

     

    Par rapport au système scolaire classique standard force est de constater qu’il convient le mieux ou le moins mal à une majorité de Normaux Typiques qui y sont adaptés à disons en gros 75 %. A ce contingent de Normaux Typiques vient s’ajouter un tiers de NAT, Normaux

    Atypiques, qui vont se fondre dans la masse, leur atypicité n’étant pas criante.

     

    Mais que cela va mal pour les Normaux Atypiques pour qui les points de rencontre sont le plus souvent de 50 %  à 25 %. A 25 % on est dans un défaut aigu de rencontre, de compréhension, d’écoute.

    Ceci du côté de l’école.

    Du côté des parents la situation peut être identique à ce qui se passe du côté scolaire. Et là les enfants sont mal. Tout va dépendre d’un psychologue, scolaire ou pas, compétent ou pas en NAT, d’un médecin ou d’une personne amie passant par là.

    Si ces enfants ne sont pas identifiés pour ce qu’ils sont ils risquent le pire, de l’hôpital de jour, à un diagnostic erroné d’autisme, ou à des soins psychiatriques inutiles

     

    A l’inverse si les parents sont eux-mêmes NAT ou « précoces » ou « surdoués » la situation à la maison peut permettre de contrebalancer une école négative, voire destructrice, malgré les mesures prises par l’Education Nationale.

    Que ces parents ignorent leur précocité personnelle et agissent intuitivement – ça se produit -

    et alors l’école se passe souvent sans souci particulier.

    Ou que ces parents connaissent leur propre « précocité » et agissent en escortant positivement leur progéniture. J’ai en tête une famille de 3 enfants NAT et les parents idem, qui ont préféré – leur école publique  n’étant pas ouverte à ces questions – leur conseiller de taire leur atypicité. Dans une telle ambiance les enfants s’en sortent sans dégât et même plutôt bien. Le baccalauréat se passe tranquillement.

     

    On a la masse entre les deux. Avec des enseignants qui nient la précocité et d’autres qui croient savoir ou avoir tout compris alors que c’est souvent faux ! Avec des psys non spécialisés qui pataugent ou carrément nient quant ils sont analystes. Avec des parents souvent en déroute.

     

    Je suis gênée par ces phares mis sur les mesures de QI car ces enfants NAT sont bien autre

    chose qu’une mesure de QI. Ces autres choses qui ne sont pas comprises par l’entourage : hyper sensibilité, hyper perceptivité, dyssynchronie à laquelle il est possible d’échapper

    etc….

    Sentir que les autres ne vous comprennent pas ou vous sont hostiles, sentir que l’on est différent des autres est  d’une dureté pas possible.

    A qui se confier ?

    Il n’y a personne !

    Alors que la tolérance de la différence serait si simple à pratiquer !

     

    Moins de 18 ans ou plus - les normaux atypiques le sont toute leur vie ! – c’est la relecture hier de commentaires poignants faits à la suite d’un article d‘une amie

    sur le Centre d’Aide pour Surdoués ouvert à Rennes en décembre 2005 par le Professeur Tordjjman qui me fait revenir sur eux. Quand même 2,3 % de la population. Donc selon les jours de 5 à plus de 10 d’entre vous.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo archives personnelles : 2 NAT ou « précoces », frère et sœur)

     

  • Q.I. ETES-VOUS ?

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

    Drôle de titre pour un livre qui peut intéresser de par toute la France, la fin de ce billet s'adressant à tous les enfants. 

    Ce livre est le résultat d’une enquête faite auprès de 1 000 personnes, des NAT, Normaux Atypiques (on accède en cherchant par arielAdda.jpgl'index à "Enfants "précoces" = NAT" les billets antérieurs écrits à ce sujet), dont le QI (Quotient Intellectuel)  est supérieur à 130. Soit 2,3% d’une population générale. 1 pour 50 implique que vousavez un de ces enfants dans votre entourage, si ce n'est pas vous-même.

    De l’enfance à l’âge adulte cette enquête, faite notamment auprès d’adhérents de MENSA, permet de mieux comprendre à qui on a à faire quand il est question de précocité – la Normalité Atypique - et surtout à quelles lourdes difficulté sont souvent confrontés ceux et celles qui naissent ainsi fabriqués. Purs produits de la génétique.

    Grosso modo tout se passe bien quand ils sont bébés. Les premiers orages apparaissent à l’occasion de l’école, parfois en maternelle. Pour l’avoir vu de mes yeux écrit sur un bulletin d’un élève de grande section, ce garçon était prié, sur son bulletin scolaire, d’être « plus attentif sous peine d’avoir des problèmes en CP ».

    Une première bataille peut s’engager lors du CP, Cours Préparatoire. Saut de classe ? ou pas ? Je connais de ces enfants qui ont appris à lire tout seul, par exemple. Et le saut de classe n’est pas par orgueil ou pou se démarquer des autres. C’est parce que, intégrant tout au quart de tour, ces enfants s’ennuient profondément dans un système scolaire où l’enseignement est répétitif, s’évadent, parfois en faisant du chahut en classe ce qui ne convient pas. Ce qui se comprend. Au prix  d’échanges parents enseignants parfois ardus – les enseignants ne sont pas toujours au courant d’autant plus que des groupes d’influence divers essayent de nier l’existence de cette particularité génétique – l’enfant va devoir rester en CP ou être changé d’école ou, chance ! sauter une classe. Q.I. ETES-VOUS ? indique : « Aucun mode d’emploi, aucune note explicative, il faut chercher, se poser le cas de conscience, savoir exiger…Certains parents ont même menacé d’aller en justice…Une fois cette première bataille réglée, l’école primaire apporte souvent une nourriture suffisante à condition de suivre à la maison. ». Je précise : suivre c’est-à-dire regarder si le travail scolaire est fait, suivre aussi en répondant à la demande de nourriture extra scolaire qui est constante.

    Au collège tout se gâte, cette fois pour de bon, avec une suite par meilleure en lycée et un accès en classe prépa qui est un défi ! Je cite sur ces points la présentation de Q.I. ETES-VOUS ?: « La lutte devient serrée. Il s’ennuie, regarde les professeurs d’une drôle de façon et ces derniers ne supportent pas. Ils le trouvent insolent ou dérangeant ou alors dans la lune ce qui laisserait présager une mauvaise scolarité qu’il vaudrait mieux orienter  vers quelque chose de concret : un CAP ou un BEP par exemple…Re –bataille et re-re bataille au lycée, à l’entrée en seconde ou alors quand il faut un dossier en béton  (ce qu’i n’a pas évidemment , pour choisir sa classe préparatoire. »

    Rien que d’exact ! J’ai sous les yeux – enfin façon de parler ! – car c’est dans le grand Sud et je suis à Paris un de ces enfants, dont les enseignants pas informés ou plutôt refusant de l’être ont dirigé d’autorité un de ces enfants sur une voie où il gâche ses aptitudes. Cet élève a été obligé d’intégrer – par incompétence du conseiller d’orientation qui refusait à tous ses élèves de 3 ème l’entrée en circuit général - un circuit professionnel électro-techno ! Je n’ai rien contre un travail manuel que l’on aime et pour lequel on est compétent. Ainsi ce jeune né en 1993, en seconde, sans retard ni avance, aurait pu être heureux en formation horticole ou entretien de propriétés – activité qu’il pratique depuis qu’il sait marcher, qu’il aime et où il a acquis des compétences. Mais une telle orientation n’est quasiment jamais proposée alors qu’il existe de la demande. J’espère que le stage pratique d’un mois, obligé en fin de seconde, ouvrira les yeux à ce garçon qui serait bien plus à sa place en se formant en sociologie pour travailler ensuite sur le terrain, à l’extérieur ce qui lui plairait, je le sais. Alors que l’extérieur pour faire des saignées dans le plâtre et vivre dans la poussière au long des jours m’échappe !

    Précision à propos de MENSA dont je mets la définition que vous trouvez sur le Net à partir de www.mensa.fr : « Mensa est une association (fondée en Angleterre en 1946) qui regroupe environ 110 000 membres, en majorité dans les pays anglo-saxons, et dont les résultats à au moins un test dit d'intelligence et homologué se situent dans les 2% supérieurs. Cela ne signifie pas exactement un Q.I. égal ou supérieur à 132, comme il est souvent dit à tort. Une des caractéristiques communes à la plupart des membres, c'est une très grande curiosité d'esprit ». La curiosité d’esprit est l’essentiel à souligner !

    Arielle ADDA dont j’ai précédemment parlé ici a été la psychologue de Mensa durant des années. Cette française, connue des médias, est à mon sens celle qui connaît le mieux les enfants « doués ». On peut la consulter à Paris, 6 ème, au 3 Rue Régis Tél et Fax 01 42 22 01 09. C’est une personne dont j’admire l’humilité et l’humanité – ce n’est pas si fréquent - autant que les compétences.

    Pour être pratique, voici ce qu’Arielle – on se connaît bien  - recommande à la fin d’une intervention  sur «  L'échec ordinaire des adolescents précoces non reconnus  »
    Arielle ADDA - Août 1989 - Eurotalent Barcelone
    URL : www.douance.org/psycho/adda89.htm

    « En conclusion, il convient de se montrer extrêmement vigilant sur les points suivants :

    • Donner le sens de l'effort dès le primaire.
    • Favoriser les techniques d'apprentissage telles que l'exercice de la mémoire, les méthodes de travail et d'organisation.
    • Analyser en profondeur les raisons de l'échec dès qu'il apparaît sans le qualifier d'accidentel en pensant qu'il s'agit d'un passage délicat, facile à surmonter.

    Cette démarche, conduisant à l'identification de ces enfants, devrait être systématique. Elle demande un changement en profondeur, mais c'est le prix de leur équilibre et la promesse d'une vie adulte harmonieuse »

    Consignes pratiques qui sont bonnes pour tous les enfants, à 100 % , quel que soit leur âge et leur Q.I. ! Effort et apprendre à apprendre sont 2 piliers d’une vie réussie.  

    Que je n’omette pas les coordonnées du livre présenté, 160 pages en format poche: « Q.I. ETES-VOUS ?  » Micheline ABERGEL et Huguette HOSTYN, www.editions-creaxion.com, au prix de 25 euros l’unité frais de port compris, Editions CREAXION  21, avenue des Puits 78170 La Celle Saint Cloud.

    Une bonne journée à tous ce mercredi ! A la grande majorité des Normaux Typiques (NT) comme à la minorité des Normaux Atypiques (NAT) !  

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (Photo Arielle ADDA sur le Net)  

  • L’école et les précoces (=Normaux Atypiques ou NAT) avec l’AE-HPI

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci. 

    NAT19.3.09 002.jpgLe jeudi 19 mars à la mairie du 16 ème Micheline ABERGEL Présidente de l’AE-HPI – Association pour l’Epanouissement des Enfants à Haut NAT19.3.09 009.jpgPotentiel Intellectuel, enfants que je préfère nommer Normaux Atypiques - organisait une réunion sous le titre « L’école de l’enfant à haut potentiel intellectuel. Une école pour demain ».

    Monsieur Claude Goasguen, ancien ministre, député-maire, était excusé suite à un déplacement à l’étranger.

    Au programme les thèmes  et intervenants ci-après:

    Le désir d’école de l’enfant à haut potentiel intellectuel : une école de l’avenir par Annie Reithmann, directrice du lycée pour élèves précoces IPECOM

    Le droit des enfants à l’école par Michèle Guillaume Hofnung, Dr en droit, professeur des facultés de droit, vice-présidente du comité des droits de l’homme et des questions éthiques CNF/UNESCO, auteur de « La Médiation » aux éditions Que Sais-je ?

    Quelle place pour les sciences humaines par Caroline Goldman, Dr en psychologie.

    Les nouvelles technologies et l’enseignement par Michel Stora, psychologue spécialiste des addictions aux jeux vidéos et des technologies nouvelles, auteur de « Guérir par le virtuel » aux Presses de la Renaissance et « L’enfant au risque de Virtuel » chez Dunod.

    NAT19.3.09 004.jpgDu transmetteur de savoir au gestionnaire du savoir par Catherine Berdonneau, Dr en didactique des mathématiques, formatrice en IUFM et le groupe de réflexion des parents de l’AE-HPI.

    Après  une présentation générale par madame Abergel, Annie Reithmann nous parle du sens à donner à l’école. Elle- même accueille à l’IPECOM pêle-mêle, des NAT et des Normaux Typiques. Dans un système qui reste élitiste, avec toutefois 80% de réussite, il reste 20% de laissés pour compte qu’il s’agisse d’enfants en grosses difficultés ou d’enfants hors norme. A IPECOM un entretien préalable fait le point avec les codes à respecter au minimum par les élèves – un langage correct par exemple – les élèves bénéficiant du respect et de l’écoute des enseignants.

    Tous les autres intervenants apporteront leur part, chacun dans leur spécialité. Le monde des multi médias où évoluent les jeunes est à NAT19.3.09 005.jpgprendre en compte car incontournable ainsi que le fait que maintenant c’est la gestion des savoirs, avec souvent leur critique, qui priment pour les moins de 18 ans sur l’acquisition des savoirs qui traîne pour tous à portée de clic.

    Madame HOFNUNG m’a particulièrement interpellée en raison de son humanité vis-à-vis des enfants, NAT ou non NAT. Ainsi elle cible le danger de créer des catégories de titulaires des droits de l’homme – enfants, malades. L’enfant est un individu à un stade de son histoire, qui s’éduque dans la continuité. Et je peux ajouter que cette continuité ne cessera pas au cours de la vie. Elle cible encore le poids de la bienveillance qui s’exerce sur l’enfant le mettant  en situation d’infériorité. J’ajouterais que cela peut soit étouffer soit entraîner à l’assistanat que l’on observe de plus en plus  du côté des adultes, à mon avis. Madame HOFNUNG déplore  - et j’en suis bien d’accord – que la primauté actuelle du savoir académique étouffe le potentiel humain, bloque le savoir être. L’intelligence sociale et relationnelle participe à un développement harmonieux. Et l’on sait bien qu’un bébé qui est nourri et reçoit le nécessaire physiquement ne se développe pas sans affection ni relation. A juste titre elle dénonce l’esprit de compétition qui prévaut au détriment de l’apprentissage du travailler ensemble.

    Elle dénonce enfin la marche à l’envers de l’école d’aujourd’hui, une pyramide sociale inversée. Alors que l’adulte devrait donner de la sécurité, le système scolaire – via l’école – devient le lieu de recyclage de l’angoisse des adultes. En conséquence dès le Cours Préparatoire l’enfant est sommé de rassurer les parents par sa réussite scolaire présente et à venir, de rassurer aussi les enseignants sur la qualité de leur travail toujours en évitant l’échec scolaire. Pour sortir de cette situation, pour éviter les conflits parents enseignants Michèle Guillaume-Hofnung propose une médiation extérieure qui n’existe pas actuellement.

    Pour compléter j’indique que Michèle Guillaume-Hofnung est experte auprès de l’UNESCO, engagée en faveur de la médiation depuis 1987 et de l’éthique – que je n’ai pas évoqué mais dont elle nous a parlé remontant au Code de Nuremberg d’après la seconde guerre mondiale – depuis 1989. La médiation permet  de rétablir ou d’établir du lien, de prévenir et de régler du conflit.

    Michèle Guillaume-Hofnung est responsable de l’Institut de Médiation Guillaume-Hofnung, IMGH, qui propose des formations à la médiation, des consultations, des expertises, des interventions (petit déjeuner, colloque…)  où l’éthique a sa place. L’IMGH est 5 Place d’Alleray , Paris 15 ème, tél. 06 77 70 51 98 et 06 74 59 20 59, blog  http://imgh.blogspot.com   mail : clovishofnung@orange.fr

    Quant à l’AE-HPI on joint l’association par téléphone au 01 30 82 49 23 et sur  www.ae-hpi.org

    Des points intéressants et surtout réconfortants les jeunes !

    Contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (Photos archives personnelles : en haut à gauche mairie du XVI ème, Michèle Guillaume-Hofnung à droite; en dessous vue sur la salle, à droite Micheline Abergel et Annie Reithmann).