Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avenir de la Langue Française

Fleurs25.4.10 025.jpgUne langue est bien davantage que des mots et des phrases pour s'exprimer , pour se faire comprendre, pour demander, pour chanter ... Une langue structure une façon de concevoir, de penser, une manière d'échanger, de commercer, Une langue a une coloration particulière. Une énergie propre. Une langue porte comme une empreinte digitale unique.

Ma langue de naissance, d'élevage, d'éducation est la langue française. J'ai la chance d'avoir, en France et de par le monde, des millions de sœurs et de frères élevés eux aussi dans le bain de la langue française, Je trouve cela agréable et j'en ai chaud au cœur.

C'est pourquoi, en cette période d'avant élections, je tiens à attirer votre attention sur une initiative prise par l'association Avenir de la Langue Française 34 bis rue de Picpus, 75012 Paris, tél 01 43 40 16 51, courriel : avenirlf@laposte.net. Son président est Albert Salon, docteur d'Etat ès lettres, ancien ambassadeur, commandeur du Mérite, coordinateur de réseaux francophones internationaux, médaille Senghor de la Francophonie.

Elle consiste, cette initiative, à disposer d'un certain nombre de communes ayant adopté le « manifeste pour le français », proposé et présenté par Albert Salon, manifeste visant à ce que la langue française garde sa place sur tous les plans dans le monde. Que notre belle langue française garde son rayonnement, son efficacité, son âme incarnée par un Molière, un Corneille, un Racine, une madame de Sévigné, un Rimbaud, un saint Exupéry, un Senghor et tant d'autres. Que notre belle langue continue à exprimer la beauté de son chant, la puissance de ses rythmes, son charme personnel et cette musique spécifique de la langue française.

Sur le site de l'association, on trouve l'appel lancé aux maires, ainsi que le Manifeste pour la langue française, porté par 40 associations françaises, québécoises et wallonnes.

Je cite les larges atouts dont dispose le français pour son avenir mondial : « Par l'Histoire : au fil des siècles, la langue française s'est illustrée en portant très loin les outils critiques d'une pensée libre et singulière et les progrès des sciences. Elle a exprimé les grands principes des Lumières et les a offerts au monde. Successivement, elle a été l'instrument de l'émancipation sociale, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et de l'émergence d'institutions pour la communauté des nations.

Par son universalité : la langue française est utilisée sur toute la planète par de très nombreuses nations à l'intérieur d'elle-mêmes comme dans leurs rapports avec le monde, ainsi que dans les activités scientifiques et technologiques les plus avancées, de la génétique moléculaire à la conquête spatiale.

Par son statut de langue de travail et de langue officielle du système des Nations Unies et de nombreuses organisations internationales, continentales et régionales, et par le statut de la France de membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

Par la démographie : avec la perspective de plus d'un demi-milliard de locuteurs francophones pour le milieu du siècle, principalement grâce à l'Afrique, mais également à la France qui devrait devenir le pays le plus peuplé du continent européen après la Russie.

Ces atouts sont considérables. Ils constituent des leviers puissants pour que la langue française, dans le respect de la diversité des langues et des cultures des peuples qui composent l'espace francophone, continue à jouer le rôle qui est le sien depuis des siècles. Ces leviers, que d'autres nous envient, doivent être saisis avec détermination et constance.

En priorité, les décideurs des secteurs public et privé du monde francophone doivent quitter le modèle dominant qui a façonné leur existence au siècle dernier et ajuster leurs choix au monde multipolaire tel qu'il advient. La soumission, la démission et la résignation linguistiques constituent les véritables menaces pour l'avenir de notre langue.

Le « tout anglais » constitue une obsession d'un autre temps et d'un autre monde. Il est une impasse d'où il faut au plus vite sortir dans l'intérêt des peuples ayant le français en partage. Notre confiance en l'avenir de la langue française n'est pas naïve. Elle appelle une vigoureuse politique d'affirmation linguistique. » (…)

« Il ne s'agit pas pour le monde francophone de se dresser contre la langue anglaise ou contre toute autre langue. Il s'agit d'ouvrir nos yeux sur la réalité nouvelle, et de mettre en œuvre, dans le contexte de la mondialisation multipolaire, une stratégie offensive pour la langue française, qui assurera son avenir en valorisant ses nombreux atouts. Nous appelons les citoyens des pays francophones à exercer leur vigilance individuelle et à développer leur mobilisation collective pour que soit respecté l'usage de notre langue mondiale en partage. Nous appelons fermement nos gouvernements à réviser leur politique et leur pratique linguistique, à abandonner les discours de circonstance sur la francophonie et à relever le défi de l'affirmation déterminée de la langue française dans la polyphonie du nouveau monde. »

Le français est la langue de la République selon l'article 2 de la Constitution française. Cet attachement au français n'est pas incompatible, tout au contraire, à un attachement à une langue régionale ; les langues régionales font partie, elles aussi, du patrimoine de la nation selon l'article 75-1 de la Constitution.

Il existe une Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), regroupant capitales et métropoles francophones. Sur le site de l'Avenir de la langue française on trouve les communes ayant adopté - par délibération de leur conseil municipal – le « manifeste pour le français », y ajoutant, le cas échéant, une langue régionale.

Ainsi on trouve, en France, dans le Calvados, Cabourg et Vauville. L'île de Sein dans le Finistère. Verdun dans la Meuse. Jouy en Josas, Maisons-Laffitte, Poissy et Versailles dans les Yvelines. Les Herbiers en Vendée. Etc... Des communes de Belgique et du Canada sont aussi concernées. Ainsi que l'Italie par la communauté de communes de Pignerol.

J'ai été heureuse des résultats déjà obtenus par cette initiative qui permet déjà un mouvement de redressement de la langue française. Une reprise de son rayonnement dans tous les domaines - culturel, scientifique, technique,  philosophique, moral, artistique. 

Contact : f.boisseau@hotmail.com (bientôt le retour des fleurs d'iris, archives personnelles)

Les commentaires sont fermés.