Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Argenteuil tunique du Christ

chantier14Mars2015 045.jpgDepuis Charlemagne, la tunique portée par le Christ, lors de ses dernières heures terrestres, est à Argenteuil.

Du 25 mars au 10 avril 2016, cette tunique sera l'objet d'une ostension, autrement dit d'une vénération particulière dans la basilique d'Argenteuil.

Il se trouve que cette année 2016 est une année particulière au plan liturgique car, lors de cette année 2016, le vendredi saint est un 25 mars, le 25 mars étant habituellement le jour de l'Annonciation;

Je reprends ici ce qui est écrit sur le site sur le site de la sainte tunique d'Argenteuil.

"La Sainte Tunique est l'habit porté par Jésus-Christ durant les dernières heures qui ont précédé sa mort. La tunique du Christ a recueilli le sang de ses blessures au cours de son chemin de croix. C'est pourquoi les premières communautés chrétiennes de Jérusalem l'ont immédiatement considérée comme une relique de très grande valeur, et l'ont conservée.

La Tunique quitte Jérusalem et traverse les siècles pour se trouver en possession de l'impératrice Irène de Constantinople au début du IXème siècle, sans que l'on sache par quel itinéraire précis ni à quelles dates. A cette époque, l'impératrice prévoit pour consolider son empire sous le feu de multiples menaces, d'épouser Charlemagne, empereur d'Occident, veuf. En signe de bonne volonté, elle lui aurait offert l'une des reliques les plus précieuses en sa possession,la Tunique du Christ.

Charlemagne confie la Sainte Tunique au monastère d'Argenteuil, dont sa fille Théodrade est prieure. La relique n'en bougera pas durant douze siècles. Dissimulée dans un mur du monastère pour la protéger des invasions vikings, longtemps oubliée, redécouverte à l'occasion de travaux au Moyen-Age, elle devient objet de vénération : les hommes d'église, les rois de France et le peuple des croyants viennent s'agenouiller devant elle. A la Révolution française, le curé d'Argenteuil, craignant que la Sainte Tunique soit détruite, la découpe en plusieurs morceaux et la cache : plusieurs années plus tard, il n'en retrouvera qu'une partie.

Aujourd'hui la Tunique est conservée dans un reliquaire, enroulée, dans la basilique Saint Denys d'Argenteuil. Traditionnellement, elle n'est déployée et montrée que deux fois par siècle, au cours d'un événement limité dans le temps, qu'on appelle une "ostension solennelle". Les deux dernières ostensions ont eu lieu à Argenteuil en 1934 et en 1984.

L'examen de l'authenticité. Le Moyen Age a été le théâtre de fabrication de fausses reliques. C'est pourquoi, à partir du XVIIème siècle, l'église catholique a souhaité levé les doutes possibles quant à l'authenticité de la Sainte Tunique. Elle l'a fait tout d'abord en étudiant les textes, qui attestaient la présence pluriséculaire du vêtement à Argenteuil.

A partie du XIXème siècle, plusieurs examens scientifiques de la Tunique ont été menés à l'initiative des autorités ecclésiastiques, grâce aux nouveaux moyens techniques disponibles. Ils ont démontré : que la relique est en laine de mouton (1883); qu'elle est colorée selon les procédés en vigueur au Moyen-Age au débit de notre ère; qu'elle correspond au type de tissage identifié en Syrie et au nord de la Palestine au Ier siècle; qu'elle est tachée de sang (1892, 1934); que le sang figure dans le dos et sur les épaules, à l'endroit où aurait reposé la croix portée par le Christ lors de l'ascension au Calvaire (1932, 1934); que le sang présent sur la tunique est du groupe AB (1986).

En 2004, une datation au Carbone 14 a été effectuée : elle déclare que la Tunique aurait été tissée entre 530 et 640, et ne corrobore donc pas les résultats des examens scientifiques précédents. Cependant, il semble que la technique de datation au Carbone 14 manque de fiabilité pour les tissus anciens dont on connait mal les états de conservation au cours des siècles. C'est le cas de la Tunique d'Argenteuil, qui a été longtemps enfouie et probablement mise au contact de matériaux organiques en décomposition au cours de son histoire tumultueuse. Il faudrait donc relativiser ces résultats.

Plus récemment, on a constaté la présence du même groupe sanguin AB sur les trois grandes reliques textiles de la Passion connues : la Tunique d'Argenteuil, le Linceul de Turin et le Suaire d'Oviedo (linge spécifique entourant la tête du défunt dans une sépulture juive antique). La probabilité d'observer ce groupe sanguin sur les trois linges s'établit à une chance sur 8.000 ! De même, la comparaison des pollens sur les trois reliques est troublante : sept sont communs aux reliques de la Tunique d'Argenteuil, du Linceul de Turin  et du Suaire d'Oviedo. Mieux encore, deux proviennent uniquement de Palestine : ceux d'un pistachier, Pistacia palaestina et d'un tamarin, Tamaris hampeana.    

Ainsi, différents examens scientifiques menés sur la Tunique d'Argenteuil plaident pour qu'elle ait été portée par un homme soumis à de grandes souffrances, en Palestine, au Ier sièle de notre ère."

Je suis allée à Argenteuil en 2015; la tunique s'apercevait dans son reliquaire, placé très en hauteur.

contact : f.boisseau@hotmail.com 

Les commentaires sont fermés.