Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le sceptre et le sang, Jean des Cars

En ce denier jour de l'année 2014, cent ans après le déclenchement de la première guerre mondiale, je souhaite parler du livre de Jean des Cars : Le sceptre et le sang. Rois et reines dans la tourmente des deux guerres mondiales.

9782262041106.jpgCe livre excellent est écrit avec intelligence et souplesse, avec le cœur aussi et une connaissance sans failles des personnages que l'on voit revivre sous nos yeux. C'est impressionnant. Grâce au talent de l'auteur, on ne se perd pas entre les pays et les parents titrés, parfois porteurs d'un même prénom. On est toujours maintenu en haleine.

Ce récit, éclairant vigoureusement au-delà de l'Europe la connaissance de l'Histoire, de l'histoire et du monde, comporte 6 parties : Les années dangereuses 1908-1914. Sarajevo entre paix et guerre 28 juin-28 juillet 1914. Alliées ? Ennemies ? Neutres ? Les monarchies face à la guerre 1914-1916. Le glas des empires 1917-1918. Des illusions de la paix à un nouveau cataclysme.Quelles monarchies survivront au second séisme ? 1939-1947. De nombreux sous-chapitres structurent toutes ces parties, éclairant le texte.

Que dit la 4ème de couverture ? Ceci. « A l'été 1914, l'Europe est très majoritairement monarchique : sur vingt-deux Etats, dix-neuf sont des royaumes, des empires, des principautés ou des grands-duchés. Aujourd'hui, ils ne sont plus que dix sur vingt-huit. Les deux guerre mondiales provoquent l'écroulement de quatre empires pour la première (Allemagne, Russie, Autriche-Hongrie, Empire Ottoman) et de quatre royaume (Italie, Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie) pour la seconde.

Ces souverains,qui étaient-ils ? Et les femmes qui partageaient leur existence, qui étaient-elles ? De l'ambition à l'aveuglement, du courage à la faiblesse, de la jalousie à l'abnégation, quels furent leurs triomphes et leurs échecs ? Comment vécurent-ils leur gloire, leurs épreuves et la montée des extrêmes de l'entre deux-guerres marquée par l'avènement des totalitarismes ? Etaient-ils conscients des conséquences de leurs actes ? Ou furent-ils incapables d'arrêter l'engrenage des nationalismes ?Quelles furent leurs vies personnelles, leurs amours et leurs passions secrètes ?

Circonstance exceptionnelle : ces monarques qui vont s'unir, se combattre et parfois se trahir, sont presque tous parents, liés par le sang et leurs mariages respectifs. Ainsi la « guerre des rois » sera-t-elle un incroyable règlement de comptes familial à l'échelle d'un continent puis du monde.

Avec le talent qui le caractérise, Jean des Cars raconte un demi-siècle de drames humains (l'errance des Habsbourg), de crimes (l'assassinat des Romanov), de guerres, de défaites, de créations et de disparitions d'Etats. Un demi-siècle où la peur côtoie la grandeur et la barbarie la geste héroïque. »

Je recommande chaleureusement la lecture de ce livre. J'ai eu le grand plaisir d'échanger le 20 décembre 2014 avec Jean des Cars lors de la dédicace de ce livre, appréciant une finesse, un humour et une courtoisie parfaite.

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

 

 

Les commentaires sont fermés.