Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le sceptre et le sang, Jean des Cars

    En ce denier jour de l'année 2014, cent ans après le déclenchement de la première guerre mondiale, je souhaite parler du livre de Jean des Cars : Le sceptre et le sang. Rois et reines dans la tourmente des deux guerres mondiales.

    9782262041106.jpgCe livre excellent est écrit avec intelligence et souplesse, avec le cœur aussi et une connaissance sans failles des personnages que l'on voit revivre sous nos yeux. C'est impressionnant. Grâce au talent de l'auteur, on ne se perd pas entre les pays et les parents titrés, parfois porteurs d'un même prénom. On est toujours maintenu en haleine.

    Ce récit, éclairant vigoureusement au-delà de l'Europe la connaissance de l'Histoire, de l'histoire et du monde, comporte 6 parties : Les années dangereuses 1908-1914. Sarajevo entre paix et guerre 28 juin-28 juillet 1914. Alliées ? Ennemies ? Neutres ? Les monarchies face à la guerre 1914-1916. Le glas des empires 1917-1918. Des illusions de la paix à un nouveau cataclysme.Quelles monarchies survivront au second séisme ? 1939-1947. De nombreux sous-chapitres structurent toutes ces parties, éclairant le texte.

    Que dit la 4ème de couverture ? Ceci. « A l'été 1914, l'Europe est très majoritairement monarchique : sur vingt-deux Etats, dix-neuf sont des royaumes, des empires, des principautés ou des grands-duchés. Aujourd'hui, ils ne sont plus que dix sur vingt-huit. Les deux guerre mondiales provoquent l'écroulement de quatre empires pour la première (Allemagne, Russie, Autriche-Hongrie, Empire Ottoman) et de quatre royaume (Italie, Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie) pour la seconde.

    Ces souverains,qui étaient-ils ? Et les femmes qui partageaient leur existence, qui étaient-elles ? De l'ambition à l'aveuglement, du courage à la faiblesse, de la jalousie à l'abnégation, quels furent leurs triomphes et leurs échecs ? Comment vécurent-ils leur gloire, leurs épreuves et la montée des extrêmes de l'entre deux-guerres marquée par l'avènement des totalitarismes ? Etaient-ils conscients des conséquences de leurs actes ? Ou furent-ils incapables d'arrêter l'engrenage des nationalismes ?Quelles furent leurs vies personnelles, leurs amours et leurs passions secrètes ?

    Circonstance exceptionnelle : ces monarques qui vont s'unir, se combattre et parfois se trahir, sont presque tous parents, liés par le sang et leurs mariages respectifs. Ainsi la « guerre des rois » sera-t-elle un incroyable règlement de comptes familial à l'échelle d'un continent puis du monde.

    Avec le talent qui le caractérise, Jean des Cars raconte un demi-siècle de drames humains (l'errance des Habsbourg), de crimes (l'assassinat des Romanov), de guerres, de défaites, de créations et de disparitions d'Etats. Un demi-siècle où la peur côtoie la grandeur et la barbarie la geste héroïque. »

    Je recommande chaleureusement la lecture de ce livre. J'ai eu le grand plaisir d'échanger le 20 décembre 2014 avec Jean des Cars lors de la dédicace de ce livre, appréciant une finesse, un humour et une courtoisie parfaite.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

     

  • Contes : Noëls de la Sainte Russie

    Ce livre de contes de Noël, recueillis par Gérard Letailleur, est à offrir. J'en ai acheté trois pour trois jeunes cousin et cousines de 10 ans qui seront enchantés de ce livre dédicacé par l'auteur le 20 décembre 2014. La couverture, en couleurs, montrant les trois rois mages porteurs de présents, l'étoile brillant au-dessus d'eux, entrant dans une isba, est très attrayante, belle.

    Le livre lui-même comporte un avant-propos général sur les contes, suivi de onze contes, appartenant soit à la tradition russe – cinq contes, soit d'auteurs tels Tolstoï, Dostoïewski, Tchekov, Chtchédrine, Gogol pour les six autres. Un glossaire éclaire les mots typiquement russes et une courte biographie raconte chaque auteur. Un dessin en noir et blanc image chaque conte avant son début. Puis on entre directement dans cette Russie de Noël pétrie de neige, de gel, de glace, avec ses isbas au poêle ronflant et brûlant, ses pelisses, les vêtements colorés des jeunes pour la fête, le sermon du pope, le riz aux raisins secs de la veillée, la forêt, les animaux, etc... Tout fourmille d'une vie concrète. Je me suis sentie présente à l'intérieur de ces contes, acteur beaucoup plus que simple lecteur/spectateur.

    Voici les titres : La légende de Babouchka. Le conte de Noël. Là où il y a l'Amour, il y a Dieu. La moufle. Kachtanka. Le miroir déformant ou le conte de Noël. L'arbre de Noël et le mariage. La bûche de Grand-Père Gel. La petite fiancée du Roi-Gel. La nuit de Noël. La petite fille de neige. Je fais une mention particulière pour La nuit de Noël, le plus long de ces contes, beaucoup de ces contes se déroulant au cours de cette nuit si particulière. Son auteur est Nicolas Gogol. C'est le nom du traducteur, un français du nom de Louis Viardot, ami d'Ivan Tourgueniev, qui m'a interpellée. Pour ceux qui n'auraient pas eu l'information, il existe une Association des amis d'Ivan Tourgueniev Pauline Viardot et Maria Malibran, avec, à Bougival, dans la propriété « Les Frênes » la maison Viardot et un musée Tourgueniev qui se visitent les samedi et dimanche d'avril à octobre. J'ai eu le bonheur de visiter ces lieux.que Tourgueniev avait acheté en 1874 pour les Viardot et lui, Bougival étant pour lui un second nid, l'autre étant sa propriété de famille en Russie. Né en 1818, c'est à Bougival le 3 septembre 1883 que décéda Tourgueniev, en présence de Pauline Viardot et ses enfants. L'école Boulle a pu reconstituer la chambre de Tourgueniev. Pauline, cantatrice et sœur de la Malibran, était l'épouse de ce Louis Viardot traducteur qui décéda le 5 mai 1883, avant son grand ami Tourgueniev. Louis Viardot était né le 31 juillet 1800.

    Je termine en citant la 4ème page de couverture de ces Noëls, publiés par Via Romana en octobre 2014 pour un coût de 16 euros . « En Russie, les contes de Noël et du Nouvel An ont pris racine non seulement dans le christianisme, mais dans les anciennes croyances slaves. Emprunts d'une poésie révélatrice d'émotions profondes, d'une atmosphère poignante de vérité, ils reflètent la bonté de Dieu qui par son incarnation préside aux destinées de chacun. Ils ont inspiré les plus grands écrivains, de Tolstoï à Gogol, de Tchékhov à Chtchédrine. Ces magiciens du verbe les ont puisés dans la tradition orale et la nature y joue un rôle considérable : les immenses forêts du Nord, peuplées d'ours et de loups, confrontées aux rigueurs du climat, donnent à ces récits une dimension envoûtante. En transfigurant les apparences, en offrant du réconfort, en délivrant une leçon de foi et d'amour, ces contes rendent le bonheur accessible aux plus humbles, aux plus déshérités. Leur univers féérique fascine à tous les âges de la vie : il suffit de tendre l'oreille et de fermer les yeux. »

    Bonne lecture de cette Russie authentique !

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Sonia Choquette (20,21,22): Les leçons et le but de l'âme

    Leçon de l'âme 20 : Régénérez votre âme (p 259 à 270)

    « Régénérez votre âme, votre lumière intérieure, en vous connectant au Soleil Vivant, qui est votre source et le donateur de la vie sur votre planète. Le soleil n'est pas seulement une sphère de gaz flamboyante et impersonnelle, mais aussi une forme de conscience vitale qui vous fournit ainsi qu'à tous les autres organismes sur Terre, la capacité de vous nourrir. 

    A l'intérieur du brasier, le soleil physique est une conscience – une vibration intense et aimante qui irradie vers votre monde pour activer, éveiller et maintenir votre esprit. Vous avez un centre analogue dans votre corps afin de recevoir et amasser cette force de vie : votre cœur. Il est l'équivalent du soleil dans votre moi de chair et de sang. Il accumule l'énergie à partir de la Source chatoyante, puis l'envoie dans chacune de vos cellules. Plus vous amassez de lumière et la transmettez à toutes les parties de votre être, plus vous devenez en santé, heureux et éclairé.

    Quand votre âme absorbe la lumière, vous pouvez effectivement la sentir et même la voir à l'intérieur et autour de votre corps. Vous avez des étincelles dans les yeux, votre aura est éclatante, votre sourire s'illumine et l'on dit que vous brillez. Vous canalisez également un plus haut niveau de force de vie dans le champ d'énergie qui entoure votre moi physique. Vous devenez intéressant et envoûtant. Ce plus grand afflux de pouvoir illumine votre aura et attire les autres vers vous au même titre que les lumières festives dans l'arbre de Noël captivent les gens.

    Respectez le Soleil comme un être d'Essence transcendante qui vous soutient. Tout comme la terre est une conscience vivante que nous appelons Gaïa – la Mère divine -, votre étoile est aussi une Conscience sacrée reconnue comme étant votre Père céleste. Vous êtes des enfants dansant dans la sainte Lumière ».

    Les anciennes civilisations ont reconnu notre union avec le Soleil vivant, lui rendant un culte.

    Sonia et son mari sont allés en Egypte. Dans la Vallée des Rois les hiéroglyphes d'un tombeau semblaient peintes de la veille. Le guide a expliqué la technique employant des plaques de bronze polies pour re fléter la lumière du soleil jusqu'au plus profond. « Pour concevoir une telle beauté, les Egyptiens ont réfracté les Rayons éternels de l'amour profondément dans le sol, presque comme une sainte union sexuelle entre Gaïa, le féminin divin, et le Soleil, le masculin glorieux ». Ces personnes savaient ce qu'elles faisaient et ces tombeaux restent « comme un témoignage de la lumière canalisée ».

    « Le Soleil vivant vous donne la capacité de réaliser votre plein potentiel. Sa vibration est le mouvement très spécifique de l'amour illimité et inconditionnel. Il vous nourrit. Il se verse dans la terre, comble les plantes et devient votre carburant. (…) Il entre aussi dans votre corps, lui faisant produire de la vitamine D qui forme vos os, votre peau, vos yeux et vos dents, et la densité de vos muscles. » L'énergie du soleil dans le moi physique ou par la nourriture est insuffisante. Par le cœur, la lumière solaire est à conduire dans notre conscience – nos corps émotionnel et mental – pour transmuter en un être éclairé.

    Le cœur correspond au Soleil dans le système solaire.  «Votre noyau émotionnel est votre soleil personnel, et il est le receveur de la Lumière divine provenant de l'Etoile vivante. Lorsque votre cœur est ouvert, il rassemble naturellement la force de vie dans votre système chaque fois que vous allez dehors. Il l'amplifie ensuite et reflète cette énergie à l'extérieur, dirigeant cette lumière – amour- au-delà du moi et vers les autres. Ce processus vous régénère à tous les niveaux : la pensée, le corps et l'esprit.

    Une fois que votre moi physique est rempli de cette lumière, vous devenez un immense générateur d'amour pour les autres en l'envoyant dans le monde ».Plus le cœur est régénéré et plus on donne de la lumière autour de soi ; accumulant cette énergie rayonnante, on devient plus sensible aux vibrations autour de soi et on est plus sélectif dans ses choix. On va vers des aliments plus sains, attiré vers ceux contenant beaucoup d'énergie solaire comme les fruits, légumes, céréales, certains devenant végétariens. Plus on est nourri par ces aliments, plus on donne lumière et amour à nos cellules. La viande peut être consommée mais elle ne contient pas de lumière.

    Du côté des vêtements, l'énergie solaire attire vers le blanc ou les tissus colorés reflétant plus d'éclat à partir du corps. Attention aux vêtements sombres qui bloquent le rayonnement.

    Côté éclairage, le naturel est le meilleur.

    La luminothérapie aide lors des mois plus sombres de l'hiver.

    Les vibrations « discordantes, tendues ou dépourvues d'amour » épuisent.l'énergie. Si cela dure, mieux vaut partir.

    Annie, jeune médecin, travaillait dans une clinique où les autres médecins n'étaient pas corrects en comportement et en travail. Malgré ses efforts pour « illuminer les choses » elle a été rejetée et, cinq mois après, est devenue déprimée et irritable. Elle a préféré partir, retardant d'un an son internat. Son cerveau lui disait de rester ; elle ne le pouvait pas en raison de l'énergie sinistre. Annie a bien fait, ayant besoin d'une « vibration plus lumineuse et plus aimante ». Elle est devenue pédiatre, ce qui a comblé son cœur.

    La lumière est indispensable mais attention à la surexposition.

    Trop d'exposition solaire donne, par exemple, des cancers de la peau.

    On se régénère avec vingt minutes de lumière par jour.

    Attention à ne pas brûler la chandelle par les deux bouts, ce comportement conduisant à l'épuisement.

    USA Today écrit que plus de 70 % de la population est épuisée par surmenage et insuffisance de sommeil. Si on ne sait pas s'arrêter, se détendre ou dormir «l'énergie du soleil que nous avons accumulée ne pourra pas être assimilée pour régénérer notre pensée, notre corps et notre esprit ».

    « Bien qu'il soit important et essentiel pour vos corps physique, mental, émotionnel et spirituel d'être régénérés par le soleil sur une base quotidienne, une fois que vous vous êtes réapprovisionné, vous devez vous retirer et l'assimiler tranquillement. Il en va de même pour exprimer l'énergie du soleil sous la forme de l'enthousiasme et de l'effort. Soyez passionné, mais contenez cette énergie, et ne la laissez pas vous submerger ».

    Vivez au rythme du soleil qui se lève, fait son travail et se couche. « Vous n'avez pas besoin d'être nourri continuellement. A la place, vous devez vous reposer et avoir des répits contemplatifs ».

    Chaque jour, un cœur ouvert au soleil permet d'accueillir la lumière pour en nourrir les cellules du corps et l'esprit.

    « L'un des plus grands buts de votre Moi Supérieur est d'être un phare pour les autres. A quel point rayonnez-vous ? Apportez-vous de l'énergie aux autres ou êtes-vous une ombre sinistre ? (…) Donner et partager la lumière et l'amour est votre raison d'être. (…) Un être éclairé en est un qui envoie littéralement de l'avant la lumière et l'affection à la planète, et la destinée de votre âme est d'évoluer et de devenir un tel ambassadeur.

    Vous êtes ici pour apprendre à être un Etre de lumière ou « éclairé ». Le Seigneur de l'Univers a décrété : « Que la lumière soit ! » C'est la directive la plus concise que vous trouverez de votre but sur Terre. C'est tout à fait simple si vous reconnaissez que la lumière est l'amour ».

    Leçon de l'âme 21 : Brisez les modèles négatifs (p 271 à 286)

    « Toute chose dans votre monde est créée en répétant des modèles. En commençant par le zygote de la conception, les cellules se divisent des millions de fois. Ce processus est responsable du développement de tous les corps physiques. En fait, tout de la vie est basé sur divers genres de copie. Si vous étudiez une plante de près, vous voyez que les feuilles contiennent des arrangements d'énergie qui se reproduisent encore et encore. C'est tout aussi vrai dans le domaine de la construction. Les édifices et les maisons sont tous composés de motifs rythmiques de briques, de mortier, d'acier et ainsi de suite. Votre expérience physique est générée par la répétition.

    Les modèles sont puissants quand les résultats qui sont reproduits sont sensés, bons et positifs. Cela ne devient un problème que lorsque le processus ne mène pas à un résultat désirable. Comme le programme d'un ordinateur fonctionnant avec une erreur, vous continuerez de créer les mêmes effets négatifs jusqu'à ce que vous arrangiez les pépins. Pour corriger vos erreurs énergétiques, vous devez démanteler le vieux modèle et le remplacer par un qui soit amélioré.

    Ceci se fait en trois étapes. La première étape est de devenir conscient ou d'identifier le modèle incriminé. S'il implique un corps en mauvaise santé, un manque dans le monde matériel ou des relations insatisfaisantes, reconnaissez-le simplement sur un niveau impersonnel comme quelque chose qui va de travers. Soyez objectif et percevez la condition malheureuse avec neutralité. Rien ne travaille contre vous. Votre programme a seulement un défaut qui nécessite d'être réparé.

    La deuxième étape est de comprendre l'origine de votre comportement habituel ou de votre façon de penser. Les modèles sont adoptés, soit à partir de l'environnement de votre enfance, des vies antérieures ou des conditionnements sociaux actuels. Essayez de localiser la source, parce que ceci vous aide à voir comment cette situation vous a servi dans le passé et pourquoi vous l'avez acceptée en premier lieu »

    La tendance à se surmener de Sonia est héritée de son père. Jusqu'ici ce modèle lui a été utile jusqu'à un certain point pour simultanément enseigner, écrire, voyager, recevoir des consultants, élever ses deux filles et réussir un mariage harmonieux et durable avec un homme « fantastique, artistique et parfois exigeant. C'était beaucoup de travail. » Mais maintenant les filles étant grandes, les horaires plus souples et la relation avec mon mari plus aisée, cette habitude n'est plus nécessaire. Elle doit cesser. Mes désirs ayant changé, j'ai à prendre des mesures pour «  créer le changement ».

    Ayant pris conscience du modèle devenu obsolète, il faut le reconnaître « d'abord comme un vibration mentale ou un plan maintenu dans votre esprit subconscient ». C'est cette vieille structure d'énergie intérieure qu'il faut balayer pour en mettre une nouvelle en place. Ceci a lieu en changeant « de façon permanente les vieilles habitudes cognitives par de nouvelles ». La pensée ou les comportements ne sont pas devenus mauvais : ils sont devenus inappropriés avec vos nouveaux désirs. Faites attention ! «  Si vous les condamnez, vous devenez émotionnellement accroché, ce qui les rend aussi adhérent que de la colle ». Les jugements attachent, tandis que le non-jugement détache. Observez, sans être critique.

    « La troisième étape consiste à se départir des réponses émotionnelles qui viennent avec le plan mental original et d'en incarner de nouveaux qui correspondent à votre plus grande intention. Cessez de réagir automatiquement, et choisissez plutôt une approche qui reflète votre nouveau désir ou but »

    Sonia devait cesser de croire que se surmener était bien, faisant d'elle quelqu'un de supérieur. Elle devait installer des vibrations mentales en rapport avec une vision positive du repos, cela sans culpabilité. Cesser d'être fière de pouvoir travailler des jours et des jours sans pause, et reconnaître cela comme un orgueil autodestructeur. Après toute une vie axée sur le travail et l'autosatisfaction qui en découlait, cela n'a pas été facile ; « voilà quelque chose que mon ego inconscient n'était pas très chaud à l'idée d'abandonner . En fait, l'une des raisons pourquoi j'ai choisi cette famille-ci lors de ma présente incarnation, est qu'elle m'a offert une chance de réorienter cette habitude de trop travailler, l'ayant trimballée tout au long des quelques dernières vies. (…)C'était une nouvelle expérience, mais j'ai aimé cela ».

    « Vous transférez les programmes d'une vie à une autre, abandonnant les corps et les circonstances, mais pas les comportements – du moins pas automatiquement » Une importante leçon de l'âme sur Terre est de changer rapidement ce qui ne nous sert pas.

    Faire comme si, feinter, est la façon la plus rapide pour modifier une séquence de réponses, la pensée subconsciente confondant le réel et le perçu. Exemple : penser que l'on mord dans un citron fait grincer des dents car on pense goûter un fruit acide De même si on se concentre pour être joyeux – alors même que l'on ne se sent pas heureux – l'esprit, dupé, va commencer à créer du bonheur.

    « Les émotions sont des habitudes, tout comme les comportements.En appliquer de nouveaux est simplement une question de changement de routines. Exercez-vous à vous sentir positif et optimiste à propos de vos nouvelles réalisations, même si vous croyez que vous ne faites que suivre les gestes ou les « feinter ». Souvenez-vous que les émotions sont le carburant de la créativité. Sachant cela, vous pouvez choisir les plus puissantes qui mènent à d'incroyables résultats ».

    «  Une cliente, effacée et qui se sentait peu séduisante, a choisi un nouveau programme appelé « je suis belle ». Décidant de « se sentir superbe », elle évitait de regarder son reflet pendant le jour, concentrée sur les émotions agréables. « Plus elle le faisait, plus elle rayonnait sa nouvelle vibration. Il ne lui a fallu que trois semaines avant de commencer à recevoir des compliments de la part des autres – même des étrangers – à propos du charme qu'elle dégageait ».

    Pour briser un modèle, on doit faire quelque chose de différent en remplaçant constamment l'ancienne manière d'agir par la nouvelle.

    Dans l'oracle nordique ancien « The Book of Runes » il est affirmé « Il y a seulement un pouvoir dans l'Univers et c'est le pouvoir de décision. Tout le reste suit ».

    Quand on décide de casser un modèle, l'Univers intervient aussitôt pour aider par « du synchronisme, de l'inspiration, de l'opportunité et de la vitalité renouvelée. Dieu ne peut pas vous imposer votre divinité ; vous devez la choisir ». Dès que vous le faites, la voie s'ouvre pour que le pouvoir divin vous serve.

    Maître de votre vie, votre Créateur, les guides et les anges sont disponibles pour vous apporter de l'aide. Un dicton dit : « Lorsque Dieu est avec vous, rien n'est contre vous ».

    L'humour et le bon sens aident à se détacher d'un vieux modèle, d'un comportement qui n'a plus lieu d'être en riant d'eux avec affection.

    Forrest fréquentait des femmes qui désiraient son argent, puis l'abandonnaient. Peiné, il rejoignit une troupe de comédiens pour rire de ses erreurs amoureuses. « Il a compris que cela serait moins dispendieux et moins nuisible pour son ego déjà rabroué, et qu'il n'avait rien à perdre ». En plusieurs semaines, « rire de ses malheurs lui a valu un succès instantané » et des propositions de femmes pour sortir avec lui. Après quelques mois, il rencontra dans cette troupe une femme ayant connu les mêmes souffrances que lui. Ils firent un duo réussi sur les tribulations amoureuses. Puis se marièrent, cessant leur spectacle.

    Changer de modèle prend du temps. Comme dans un jardin pour faire pousser quelque chose de nouveau, on arrache les racines qui gênent, on sème les graines et l'on attend parfois plusieurs saisons pour voir fleurs et arbustes dans leur éclat.

    La souffrance, l'angoisse, l'affliction, la douleur accélèrent l'évolution car elles sont des signes qui poussent à faire des changements.

    Quand la leçon est apprise, la douleur n'est plus nécessaire. Attention à ne pas prendre le pli « d'être perpétuellement blessé », de s'accrocher aux tourments comme à une couverture réconfortante.

    « Remarquez avec quelle précision vous pouvez décrire votre dernière expérience pénible et même recréer les sentiments y étant rattachés. Puis, comme un exercice de conscience, racontez l'événement positif le plus récent dans votre vie. Neuf fois sur dix, vous serez loin de raconter les choses merveilleuses avec autant d'intensité que celles qui sont désagréables ».

    Marie a vécu un divorce pénible, mariée avec un homme qu'elle pensait changer ainsi que les enfants qu'il avait eu d'une autre union. La souffrance vécue pendant ce mariage « lui a permis de lâcher prise et de cesser d'imposer son idée de croissance sur sa famille, alors qu'elle négligeait son propre développement durant ce temps ». Le problème actuel de Marie est de ressasser ses souffrances passées ; elle se « retraumatise » quotidiennement, revivant énergétiquement les mêmes erreurs. A Sonia qui lui proposait de lâcher prise sur ce passé douloureux, Marie a répondu « Jamais ! ». Une résistance dévoilant son amour de la souffrance, lui donnant « une excuse pour ne pas revenir dans le jeu de la vie et continuer sa croissance ». Sonia n'a rien forcé, Marie n'étant pas pressée. « L'évolution peut être aussi vite ou aussi lente que ce que nous décidons ».

    Si on souffre en étant incapable de se détacher et de changer de conditionnement, les vibrations des sons sont un outil qui peut aider. Chants, psalmodies, mantras génèrent des vibrations plus hautes que celles du comportement ou de la pensée à changer. Pratiquer cela assez longtemps détruit le programme inadéquat libérant l'énergie pour en créer un nouveau. Om mane padme um – je suis qui je suis – et A-do-na-I (prononcé A-do-na-ee) – Dieu sur le plan physique - sont des formules sacrées puissantes. On les chante à sa façon propre et le son fait son travail. On peut aussi chanter trois fois A-do-na-I, concentré sur ce qui est à surmonter : isolement, pauvreté, maladie. La vibration focalisée du mantra dérange le champ d'énergie existant. En faisant ceci plusieurs fois au long du jour un changement s'observe entre 3 à 30 jours. Dans le même but, on chante Om mane padme um, quand on le veut, pour affronter une attitude obsolète, ou qui donne de la douleur, ou qui empêche d'être présent. Le nom de Dieu perturbe la situation inappropriée. Chanter le nom de l'archange Gabriel brise aussi les modèles dépassés, une mission propre à cet archange étant d'aider à casser les vieux modèles personnels pour exprimer les nouveaux.

    Avec Gabriel, avec les mantras ou les chants, on introduit quelque chose de très puissant sur le plan vibratoire. Comme quand, vers 1970, Ella Fitzgerald, en chantant, cassait un verre de cristal, la résonance de sa voix étant plus forte que l'oscillation des molécules maintenant le verre intact. Avant la brisure, les molécules se serraient pour maintenir leur ordre mais la plus haute fréquence émise par Ella cassait ce resserrement. Dans la nature et dans notre vie, la survenue d'une énergie élevée fait que la situation en cours essaie de se maintenir ; ainsi, quand quelqu'un décide de stopper la cigarette ou de moins manger, une forte envie de fumer ou de manger le saisit car « les atomes, les molécules et les séquences de résonance mentales et émotionnelles réagissent en se battant pour leur existence. C'est le meilleur moment pour introduire une plus haute vibration. Plutôt que de manger, par exemple, chanter Om mane padme um, ou invoquez Gabriel à trois reprises; puis allez vous promener, rangez votre garde-robe ou faites quelque chose de différent. La même technique fonctionne pour arrêter de fumer ; au lieu d'inhaler, chantez A-do-na-I à trois reprises ; puis, respirez, étirez-vous et allez faire une promenade Vous pouvez invoquer ces énergies pour n'importe quel comportement que vous voulez changer. Chacun de ces mantras suscite une plus grande résonance pour combattre la contraction, briser le modèle et libérer une nouvelle puissance ».

    Comme être spirituel, chacun est lié à toute personne et à toute chose dans l'Univers. La conséquence est que chacun affecte profondément les autres et vice versa. « Votre douleur est celle d'un autre, et les leurs sont les vôtres ». Aller au-delà de son chagrin en devenant un être de lumière joyeux est la plus grande contribution à apporter à ses compagnons humains. « Plus vous surmontez les tribulations, plus vous apportez de l'amour aux autres ».

    Leçon de l'âme 22 : Ne perdez pas de temps (p 287 à 298)

    « Utilisez votre temps de façon judicieuse, puisqu'il est la seule chose d'une réelle valeur que vous possédiez sur ce plan terrestre. Quand vous le gaspillez, c'est un grave échec pour votre évolution spirituelle ».

    « Soyez organisé quant à l'utilisation de votre temps. Concentrez-vous sur les choses qui s'accordent avec le désir de votre cœur - ce qui veut dire de les intensifier ». Le temps passé en colère, en inquiétude ou en négativité n'est pas récupérable. En gaspillant cette vie, on se prive d'évoluer et on empêche les autres de s'épanouir.

    Ma cliente Emma, 53 ans, atteinte d'un cancer du sein évolué a découvert, atterrée, qu'elle n'avait pas vraiment vécu sa vie. Elle a fait beaucoup de choses comme épouse, comme maman et dans la société « non parce que je le voulais, mais parce que j'avais trop peur de dire non et que je souhaitais être acceptée par tous ». Les envies d'Emma étaient toutes autres : peindre, porter des chaussures rouges, visiter Rome. « J'ai perdu mon temps ici-bas et je ne peux pas supporter d'avoir à quitter cette terre en vain ». « Comment puis-je mourir en paix, Sonia ? ». La question était bonne. Sonia a réfléchi et la réponse est venue. « Laissez connaître la vérité à tout le monde, ai-je répondu. Dites aux gens de ne pas faire la même erreur. Encouragez-les à vivre dans leur esprit plutôt que de se soumettre à leurs peurs et de laisser leurs rêves leur passer sous le nez ». Emma, calmée, a affirmé : « Vous avez raison. Ce sera au moins un choix honnête que je ferai avant de mourir ». Quatre semaines plus tard, Emma décédait. Et sa fille aînée, étudiante, a adressé à Sonia de la part de sa mère un message informant qu'Emma était partie en paix. Cette expérience s'est révélée un cadeau pour Sonia, « un rappel clair à repenser la manière dont j'utilisais mon propre temps. Ce faisant, j'ai remarqué des secteurs de ma vie qui étaient un gaspillage de temps colossal. Je me plaignais de conflits avec des gens, certains étant survenus il y a plusieurs années ; je me disputais avec ma famille sans ennui et avec un manque de souci pour moi-même ; je me débattais pour me débarrasser de mon stress ; et je regardais trop la télévision au lieu de profiter du sommeil dont j'avais besoin. La liste s'allongeait indéfiniment. Je sais gré à Emma qui m'a été « utile par le biais de sa mort », m'aidant à sauver du temps, beaucoup de temps.

    « Ne gaspillez pas non plus le temps des autres personnes. Il est irrespectueux, par exemple, d'être en retard à un rendez-vous ou encore de ne pas s'y rendre. Gaspiller vos heures sur Terre n'est pas bien. Mais gaspiller les heures des autres est le comble de l'égoïsme.

    Soledad, mère de six enfants, avait axé son énergie, son temps et son argent sur Jose, un de ses fils, cela pendant des années. Elle vivait dans l'illusion que Jose serait un jour un créateur de mode responsable. Il le lui avait promis. Mais Jose, par ailleurs sympathique, était un fêtard et prenait de la drogue. Une veille de Noël, il eut un accident mortel laissant derrière lui des dettes importantes et du chagrin. Soledad dit :  Quel gaspillage ! « Elle avait voué quarante ans de sa vie à quelqu'un qui n'avait pas été fidèle à lui-même. C'était une douloureuse leçon et une terrible perte pour chacun d'eux d'entre eux. Le leçon de l'âme 22 lui a fait redresser la tête ; elle n'avait maintenant qu'un seul véritable choix : ne pas dépenser davantage de temps à trop donner aux autres en négligeant sa propre vie. Je ne sais pas ce qu'elle a choisi de faire puisqu'elle n'est jamais revenue me voir ».

    « Dans vos relations, soyez à l'heure et attentifs à vos projets, tout en respectant les besoins et les désirs des autres. Estimez leurs priorités tout autant que les vôtres. Bien que d'imposer vos perspectives et vos volontés aux autres puisse vous donner l'impression d'obtenir ce que vous voulez, cela ne fonctionnera pas à long terme ».

    Charles a rencontré Claire, plus jeune que lui et il a décidé d'en prendre soin car elle ne semblait pas aller très bien. Ils se sont mariés et ont eu deux enfants, Claire ayant accepté cette forme de sécurité.Cependant Claire a pris un amant et est parti avec lui. Charles n'a pas compris que leur contrat n'avait pas été respecté. Sonia compatissait à sa peine mais a reparlé de leur prétendu « accord ». « Tu m'as dit que vous aviez un accord, ai-je poursuivi, mais je m'en rappelle d'une manière légèrement différente. Je me souviens que tu l'as harcelée afin qu'elle t'épouse, l'attirant avec des promesses d'argent et de sécurité. Elle s'est soumise à tes idées, mais je n'appellerais pas cela un véritable contrat, qui, lui, consiste en la rencontre libre et entière de deux esprits. Votre union ne s'est pas vraiment passée de cette façon. Charles devait l'admettre. - Je sais que je l'ai persuadée de ce que je voulais. Quelle perte de temps ce fut ! a-t-il admis. - Oui et non, ai-je clarifié. C'était une perte de temps considérant que vous n'avez pas réussi à faire concorder vos idées. Toutefois, tu peux te servir de ce que tu as appris avec cette expérience ».

    « Vous avez tout le temps que vous désirez pour accomplir toute chose vraie et significative, mais vous n'avez pas une seule minute à perdre.Cela ne signifie pas que chaque moment doit être utilisé à créer de grands résultats. Parfois, la chose la plus efficace que vous puissiez faire consiste à ne rien faire.

    Utiliser vos journées convenablement veut dire de reconnaître le pouvoir du repos, de la patience et d'attendre que le cours naturel des choses se produise. Prenez conscience que vous n'êtes pas la seule personne agissant dans l'Univers. Le Seigneur de la création travaille aussi, et vous devez occasionnellement attendre la direction du Divin.

    Al, secrètement homosexuel, voulait devenir présentateur de journal télévisé. Dans la peur, il a décidé de se construire une façade, acceptable pour lui, pour les autres. Il s'est donc marié avec une femme qui ne parlait pas un mot d'anglais et a pu présenter le matin un bulletin d'information. Mais, deux ans plus tard, il a rencontré des collègues de travail alors qu'il sortait d'un bar gay. Tout le monde était au courant le lendemain et, humilié, il démissionna. Puis divorça d'un mariage devenu inutile. Rencontrant alors Sonia , celle-ci détecte qu'il était un novateur, lui annonçant que son orientation sexuelle l'aiderait plus tard. Ce qu'il ne crut pas. Il y a quelques semaines, Sonia l'a remarqué comme animateur d'un talk-slow sur une chaîne spécialisée pour les gays, apparemment heureux et à l'aise.

    Gérer son temps correctement est la dernière frontière à passer dans l'évolution de l'âme « Consacrez vos journées à ce qui est important, et ne vouez aucune énergie à ce qui ne l'est pas ».

    « L'essentiel de cette leçon est d'être pleinement autonome. Il est important et bon de rechercher du soutien, mais pas de demander, souhaiter ou rêver que quiconque ne vous entretienne ».

    Pendant une semaine, sauf quand on dort, on peut régler sa montre pour qu'elle sonne toutes les heures. On note alors si on utilise bien son temps ou si on est en train de le gaspiller. L'humain étant une créature d'habitudes, ce qui est fait durant une semaine indique comment on utilise ses mois et même ses années. Qu'en est-il de notre attention ? de nos conversations ? de nos états mentaux ? De nos états émotionnels ? Combien d'heures gaspillons-nous ? Cette expérience le montrera.

    La vie devient éternelle en se consacrant à ce qui est important et vrai pour nous. Ne courant plus après le temps, les minutes s'étirent. Plus on les apprécie, plus on en a. On peut transcender et transformer l'existence « en un art exquis d'épanouissement personnel. La grandeur peut être accomplie en l'espace d'une incarnation, quand vous l'utilisez judicieusement. Regardez simplement Léonard De Vinci ou Michel-Ange, pour ne citer que quelques exemples de ce qui est possible.

    Traitez le temps comme une matière précieuse, et accordez-le seulement aux efforts qui en valent la peine. Agir ainsi vous conduira directement vers la maîtrise du but à un niveau spirituel et vous rendra pleinement responsable de votre vie».

    Epilogue (p299 à 302) :Nous, les émissaires du troisième rayon inspirant ce livre, « ainsi que tous les Etres de lumière dans l'Univers au service de notre grand Créateur, sommes toujours présents » affectueusement pour guider et soutenir l'évolution de votre âme « de toutes les manières possibles ». Toutes les informations de ce livre ne sont pas nouvelles pour vous. « Le plan et le but de votre esprit ont été décidés avant votre présente incarnation et sont inscrits dans chaque cellule de votre corps. Notre directive provenant du Seigneur de la vie est de réactiver ce qui demeure dormant dans votre conscience, et d'éveiller l'engagement de votre Moi Supérieur à votre vraie nature ». Avant de vous quitter voici notre dernière directive, qui résume tout : « vivez avec un cœur ouvert, une acceptation compatissante et un amour inconditionnel et indulgent pour vous-même et pour toutes les créatures et créations de l'Univers ». Cette décision facilitera le chemin. « Comme toujours, vous reposez dans le cœur, la pensée et l'esprit du Seigneur de l'Univers. Respirez, acceptez et vivez votre divinité ; et chérissez le don de votre vie ».

    « Dans le service et la gratitude la plus profonde, nous nous retirons dans l'amour et attendons votre prochain contact. Pour faire appel à nous et à tous les Etres de lumière disponibles pour vous, soyez simplement réceptif et demandez de l'aide. Nous vous entendrons et vous répondrons volontiers.

    Avec bénédictions et grand amour,

    Joachim et les Emissaires du Troisième rayon ».

    Sonia est triste que l'enseignement soit terminé. Son cœur « s'est adouci et ouvert davantage » au cours des six mois de lien avec la vibration sacrée des émissaires. En écrivant ce livre, Sonia a ressenti une compassion intense pour elle et pour toute l'humanité, étant appelée à être moins égocentrique car tous liés les uns aux autres, et à aimer moins de façon sélective. Sonia travaille aussi sur son ego qui « peut obstinément porter des jugements », se moquant de lui, « sachant que ce n'est ni moi ni mon esprit qui se conduisent mal et me causent du stress. Etre centré sur le présent est essentiel : la journée finie, la leçon est terminée ; « Ressasser sans cesse ce qui est passé est le plus grand gaspillage de notre précieux cadeau de la vie et ne sert aucun but utile ». Je comprends clairement « que la Terre est l'école de l'âme et que le Moi Supérieur est éternel ». Avoir travaillé avec les émissaires a permis à Sonia un enracinement plus profond de tout ce qu'elle a appris et enseigné ; rien de nouveau mais, cette fois, la sagesse a été entendue et ressentie au plus profond d'elle-même. Pour continuer à vivre ensemble sur cette planète il faut, de suite, « nous développer comme conscience de groupe » et agir en étant « plus affectueux en commençant par nous-mêmes ».

    « Quand les Emissaires ont conclu cet ouvrage, je leur ai demandé : - Et ensuite ? J'ai reçu cette réponse :

    -Ayez une acceptation compatissante, un amour et une indulgence inconditionnelle à chaque instant de votre vie. Il n'y a rien de plus profond, de mieux et de plus urgent que cela ».

    « Mon esprit me dit de travailler en équipe, d'aider tout un chacun et de continuer d'être ouverte à recevoir le soutien généreux des cieux ».

    Je vous envoie tout mon amour, Sonia

    Remerciements (p 303 à 304) : Sonia remercie nombre de personnes de sa famille ou amis ou soutiens ou enseignants. Et par-dessus tout Dieu « pour m'accorder sa bénédiction encore et toujours en me permettant de partager ces messages avec le monde ».

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr