Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Reliés en Un !

Le dimanche 27 janvier 2013 était lu, lors de la messe dans les paroisses catholiques, un passage de la 1ère lettre de saint Paul aux Corinthiens, les versets 12 à 30 du chapitre 12. Ce texte interpelle car il chante l’unité du corps physique qui est Un malgré la diversité de ses membres tous pourtant utiles.

J’ai transposé ce texte à l’univers et à ses différents règnes : minéral, végétal, animal, humain ; j’y ai joint l’essentiel, au-delà des règnes, le spirituel indestructible ; j’ai ajouté encore des éléments tels que l’eau, le feu, l’air, la terre, la musique, la peinture, la danse, le chant, l’art des repas, toutes les créativités possibles porteuses de beauté, etc…

Par le moyen du véhicule terrestre qu’est le corps, à respecter, à encourager, à complimenter pour ce qu’il est, pour son concours à cette existence sur notre belle planète bleue nourricière, on peut se reporter au début de La Bible, La Genèse, avec en son commencement, chapitre 1, versets 1 à 3, ceci : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l'abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. »

Et relire aussi le début de l’évangile de Jean, chapitre 1, versets 1 à 5, avec : « Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres »

Souffle, parole, lumière. Dieu, esprit créateur, est cela. Créés par lui, nous avons le spirituel, la parole créatrice et la lumière pour éclairer notre route.

Cette lumière nous montre, comme à Paul aux Corinthiens, que le monde est Un – notre système solaire et tous les autres innombrables qui existent ainsi que tout ce qui les peuple – et que chacun de nous participe à ce Un. Comme chaque atome, chaque cellule du corps, chaque membre, participe au bon fonctionnement du corps entier.

En conséquence, une pensée positive va diffuser sur le monde entier et l’espace stellaire, une pensée positive et créatrice va rayonner l’harmonie. Alors qu’une pensée négative, au contraire, s’étendra en semant le chaos.

Et comme on attire ce qui nous est semblable, émettre du positif va attirer vers nous du positif. A l’inverse, le négatif pensé, agi ou exprimé, va faire venir à nous du négatif.

Voici le texte de Paul :

« Prenons une comparaison : notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps.

Il en est ainsi pour le Christ. Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l'unique Esprit pour former un seul corps. Tous nous avons été désaltérés par l'unique Esprit. Le corps humain se compose de plusieurs membres, et non pas d'un seul.

Le pied aura beau dire : « Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps », il fait toujours partie du corps. L'oreille aura beau dire : « Je ne suis pas l'oeil, donc je ne fais pas partie du corps », elle fait toujours partie du corps. Si, dans le corps, il n'y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S'il n'y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ?

Mais, dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il l'a voulu. S'il n'y en avait qu'un seul, comment cela ferait-il un corps ? Il y a donc à la fois plusieurs membres, et un seul corps. L'œil ne peut pas dire à la main : « Je n'ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n'ai pas besoin de vous ». Bien plus, les parties du corps qui paraissent les plus délicates sont indispensables. Et celles qui passent pour moins respectables, c'est elles que nous traitons avec plus de respect ; celles qui sont moins décentes, nous les traitons plus décemment ; pour celles qui sont décentes, ce n'est pas nécessaire. Dieu a organisé le corps de telle façon qu'on porte plus de respect à ce qui en est le plus dépourvu : il a voulu qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres.

Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l'honneur, tous partagent sa joie.

Or, vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps.

Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l'Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui sont chargés d'enseigner, puis ceux qui font des miracles, ceux qui ont le don de guérir, ceux qui ont la charge d'assister leurs frères ou de les guider, ceux qui disent des paroles mystérieuses.

Tout le monde évidemment n'est pas apôtre, tout le monde n'est pas prophète, ni chargé d'enseigner ; tout le monde n'a pas à faire des miracles, à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter. »

En pratique, multiplier le positif, le créatif, la parole apaisante, la joie est une conduite à tenir gratuite et bénéfique à deux niveaux : pour soi-même et pour le monde. Cette réalité, facile à déployer, en pensée, en action, en parole ou en silence selon les circonstances, est bonne au plan individuel et au plan collectif ; il serait génial qu’elle tisse la fibre de chaque instant.

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

 

 

Les commentaires sont fermés.