Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Veillée de Noël

Le 24 décembre au soir, la veillée de l’Avent, à la paroisse saint Jean Bosco

, a été originale et agréable. Un spectacle, en fait.

Il démarrait par la rencontre des trois rois mages, douze ans après la naissance de Jésus.

Tous les trois, dans le chœur de l’église, se remémorant la nativité de Bethléem.

De là, on assistait à la source de cet événement avec l’ange de l’Annonciation et le « Oui ! » de Marie au projet proposé.

Suivait la rencontre de quatre personnes : Marie qui, s’étant mise en marche, est accueillie dans la joie par sa cousine Elisabeth, enceinte de Jean-Baptiste. Cela donne le « Magnificat », « Mon âme bénit le Seigneur » de Marie pendant que les deux cousins, Jésus et Jean le Baptiste, se perçoivent et échangent.

Puis vient le recensement du monde romain qui entraîne la présence de Joseph et Marie à Bethléem, ville du roi David leur ancêtre. Là, alors que l’enfant va naître, point de place dans le caravansérail envahi de population.

Reste, disponible, une étable. Et Jésus vient au monde avec participation d’un chœur angélique céleste pour avertir les bergers présents alentour. Lesquels arrivent en nombre jusqu’à la crèche où repose le nouveau-né enveloppé de langes.

Plus tard les rois mages viendront, alertés et guidés par la surbrillance d’une étoile, avec leurs présents.

Douze ans se sont écoulés et les revoilà, ces mages, tous les trois à Jérusalem, selon l’axe de créativité de cette soirée. C’est le jour. Ils sont soudain, tout étonnés de reconnaître, dans la foule et en leur cœur, dans un grand garçon de douze ans qui vient vers eux, l’enfant de la crèche. Et voilà que Jésus leur parle, les appelant : « Mes amis ! ». Jésus fait plus : il leur remet « en partage » les présents offerts par eux à la crèche : or, encens, et myrrhe. Un partage aussi réel que symbolique.

Le temps de cette veillée s’est écoulé en un éclair.

Plus tard, lors de la messe, trois douzaines de hautes bougies allumées toutes à une flamme de la paix venue de Bethléem, éclaireront le monde en cette nuit nimbée de l’esprit d’amour de Noël. Placée en bord d’allée, je porterai l’une de ces bougies, avec joie.

J’espère que pour vous tous Noël a su  apporter son rayon de lumière intérieur accompagné de plaisirs terrestres, partagés en famille et avec des amis choisis.

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

Les commentaires sont fermés.