Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Arash Derambarsh publie Dominique de Villepin

    Arash Derambarsh est directeur de collection aux éditions Le Cherche Midi et, à ce titre, nous propose les écrits de personnalités politiques et publiques. Ainsi, en février 2012, il a offert le projet pour la France de Dominique de Villepin Seul le devoir nous rendra libres.

     

    Cet ouvrage de 100 pages, en trois parties, au prix de 5 euros, se lit aisément.

    En premier lieu, Dominique de Villepin explique son parcours et pourquoi il se tient devant nous, Devant nous, titre-t-il.

    En second lieu l’auteur donne des pistes pour Faire face à la crise. Il concrétise en prenant l’exemple du comportement d’une famille confrontée à un accident de la vie. Cette famille se réunit pour décider ensemble comment « sortir de l’impasse et rétablir la situation » (page 48). Il ajoute « Il faut faire notre devoir. Voilà le seul programme qui vaille en temps de crise ». (page 49)

    Il précise « la crise n’est pas un accident de parcours » (page 51).

    La crise « signifie l’épuisement d’un modèle industriel fondé sur l’exploitation intensive des ressources naturelles.

    Elle signifie l’épuisement de l’Occident face aux puissances émergentes qui ont hâte de clore deux siècles de parenthèse et de mise à l’écart.

    Elle signifie l’épuisement d’un modèle d’accumulation du capital au détriment de ceux qui louent leur force de travail, car désormais les inégalités s’accumulent, qui plus est à l’échelle mondiale. » (page 52)

     

    Que propose le fondateur du mouvement République solidaire ?

    Un sursaut de compétitivité ? Oui. Un sursaut face à la dette publique ? Oui. « Cela suffira-t-il ? Non. ». L’auteur évoque alors plusieurs groupes – l’un sans trop de souci avec la mondialisation, un autre victime de ladite mondialisation, le troisième plutôt en dehors car voué à un travail de proximité. Toutefois, entre ces 3 groupes se joue « le nouveau pacte social français ; entre ces 3 groupes il y a à mettre un lien, « ce lien qui refera nation » (page 64).

     

    Dominique de Villepin rappelle l’importance de l’innovation et de la qualité, note que l’industrie doit éviter le protectionnisme, que l’agriculture doit choisir qualité et sécurité et développer des circuits courts pour soutenir l’activité locale.

     

    Ayant la chance d’appartenir à l’Europe, il faut lutter contre l’immobilité, cette faiblesse européenne. (page 70)

     

    Il assure : « Le malaise des classes populaires est bien réel, parce qu’on ne leur a pas dit qu’il y avait un chemin dans la mondialisation. Un chemin qui leur donnera une place dans l’avenir, et dont ils pourront même profiter.

    Réconcilier la France qui gagne et la France qui croit avoir tout à perdre, voilà le défi majeur des années à venir pour renouer les fils de la mondialisation. » (pages 71-72)

     

    En troisième partie de cet ouvrage, l’auteur a une seule réponse pour faire face : « que tous les Français fassent leur devoir. » (page 75)

     

    Je laisse les lecteurs découvrir cette partie qui décline comment faire ce devoir. Je souligne, au passage, que 5 pages sont consacrées à l’école, pages 83 à 87, dont il donne les principes : « Placer la transmission des savoirs au cœur de l’école. Restaurer l’autorité républicaine. En faire le lieu de l’apprentissage du vivre ensemble. Permettre a chaque élève, quelles que soient ses facultés, de devenir un membre utile de la société. » (page 84)

     

    Au final, la réflexion proposée par Dominique de Villepin par Seul le devoir nous rendra libres est une piste que chacun peut parcourir pour revisiter son parcours personnel, quel que soit son âge, pour éventuellement le réajuster.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Bruno Le Maire : Nourrir la Planète

    bruno le maire,alimentsBruno Le Maire a fait au mieux pour l’agriculture française au niveau de l’Europe et de sa PAC - Politique Agricole Commune.

    En écho au Salon de l’Agriculture 2012, il est intéressant d’entendre cet homme, ministre depuis juin 2009 de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, d’écouter son propos par le livre Nourrir la planète paru en novembre 2011 aux éditions Le Cherche Midi.

     

    Lors d’entretiens avec Véronique Auger, Bruno Le Maire situe la France par rapport à l’Europe et au monde (pages 11 à 72) ; Puis il questionne « Bien manger mais à quel prix ? » (pages 73-132) et traite la question de la sécurité sanitaire des aliments (pages 133-164).

     

    Pour 17 euros, ce livre est une base pour les jours à venir.

    Aussi, les jeunes, empruntez-le, faites-le acheter par votre CDI pour les lycéens. Lisez-le, méditez-le, exercez votre sens critique.

     

    On est en capacité aujourd’hui de nourrir tous les terriens de la planète, on le sait.

    Par ailleurs, en tant que consommateur, il est possible de peser dans les choix relatifs à la politique agricole par les achats que nous faisons. Choisir pour se nourrir des produits de proximité, choisir des produits de saison est un acte important à différents niveaux et pour la bonne santé de la terre trop souvent négligée. Si, par circonstance, on dispose d’un jardin à cultiver, il est possible d’en déguste les produits au plus près de leur cueillette, fraîcheur garantie ! Ces produits là sont particulièrement bons, et pour la santé et pour le plaisir de les avoir cultivés de ses mains. Si, en ville, on dispose d’un balcon, on peut l’employer au mieux pour ses plantes préférées.

     

    Se nourrir. Comment se nourrir ? Une réflexion importante à conduire pour cet acte pratiqué partout, au quotidien quand c’est possible.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr