Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sartre et Noël

    Un texte de Noël autour de la crèche que je ne connaissais pas. Que la « magie » d’internet m’a transmise via un internaute. 

     

    « Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.

    La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « Mon petit » !

    Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toute les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.

    Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « Ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».

    Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerai de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.

    Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer. »

    Ce texte magnifique de tendresse et de respect sur le mystère de Noël a été rédigé par un célèbre écrivain français. Lequel ? Il s’agit de l’extrait d’une pièce de théâtre écrite pour Noël 1940 ? Pour des prisonniers ?

    L’auteur a refusé que cette pièce figurât dans ses œuvres complètes ? Il s‘appelait Jean-Paul Sartre ! 

    Des lignes intéressantes. Que l'auteur se soit appelé Sartre ou ait porté un autre nom.

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Pomme de Terre, énergie, sport

    La pomme de terre est un aliment de choix. Aussi,  je reprends ici une information, correcte, du Comité National Interprofessionnel de la Pomme de Terre, CNIPT, parue dans le numéro 14 de Nutrition Infos de ce dernier trimestre 2010.

     

    « La pomme de terre, une réelle source d’énergie pour la pratique sportive.

    La pomme de terre est un partenaire efficace de l’activité sportive, en tant que source de nombreux macro et micronutriments. Son atout maître réside dans son contenu en hydrates de carbone complexes susceptibles de contribuer efficacement à l’élaboration du glycogène, principale source d’énergie utilisée durant les premières minutes de l’effort physique.

    Les caractéristiques nutritionnelles de la pomme de terre lui confèrent égalemnt un aspect préventif vis-à-vis d’éventuelles carences minérales liées à la pratique du sport en compétition et en loisirs, comme des carences en potassium, magnésium et fer.

     

    La pomme de terre source d’énergie.

    Consommatrice d’énergie, la contraction musculaire au cours d’un effort d’endurance fait appel au glycogène musculaire, acteur indispensable de la synthèse d’adénosine triphosphate (ATP). C’est pourquoi les professionneles de l’alimentation du sportif préconisent la consommation d’un repas hyperglucidique à base de pâtes alimentaires la veille d’une compétition à raison de 65 % à 70 % de glucides. Ils conseillent par contre, lors du dernier repas avant l’effort, la consommation de pommes de terre. Les trois objectifs de cette prise alimentaire : favoriser la glycogénèse, mener le sportif à l’état de satiété et limiter les risques d’hypoglycémie durant l’effort. C’est sur ce dernier point qu’un repas à base de pommes de terre s’avère plus pertinent que le traditionnel plat de pâtes, du fait d’une meilleure disponibilité du glucose pendant la première heure de l’effort. A l’issue de la compétition, le sportif est également appelé à absorber des aliments à forte teneur en glucides pour régénérer ses réserves.

    Prévenir les carences minérales du sportif.

    Une activité physique intense peut entraîner des carences minérales chez certains sportifs. Ce type de complications peut générer des contre-performances. C’est le cas du fer, car les activités sportives de longue durée comme les marathons accroissent ses pertes digestives. La pomme de terre, dont la teneur en fer est équivalente à 0,8 mg pour 100 g de produit frais *, en est une source non négligeable. Sans compter que sa teneur notoire en vitamine C améliore nettement la biodisponibilité du fer, et contribue ainsi à protéger le sportif, et plus particulièrement la sportive, d’une éventuelle anémie.

    Par ailleurs, la pomme de terre, de par ses apports en potassium (564 mg pour 100 g de produit frais *), limite les risques de crampes musculaires durant l’effort, ainsi que la sensation de fatigue en cas de carence. Son action sur la régulation du rythme cardiaque et du stock glycogénique musculaire joue également un rôle conséquent sur la performance du sportif. Enfin, l’apport en magnésium de la pomme de terre (27 g pour 100 g *) permet quant à lui d’accroître la performance des sportifs, en améliorant le rendement cardio-vasculaire. Dans le cadre de la récupération, cet apport de magnésium permet également de compenser les pertes sudorales et urinaires de magnésium.

    * Apports nutritionnels moyens de la pomme de terre pour 100 g cuite à l’eau avec la peau.

     

    Pomme de terre et récupération.

    La pomme de terre représente également un allié pour la phase de récupération. En effet, sa forte teneur en glucides et son indes glycémique élevé quand elle est consommée sous forme de purée, permettent de restaurer rapidement le taux de glycogène musculaire. De plus, son apport en potassium permet d’alcaliniser les urines, fortement concentrées en déchets azotés acides après l’effort. »

     

    Le CNIPT www.cnipt-pommesdeterre.com est situé au 43/45 rue de Naples – 75008 Paris.

    Pour les moins de 18 ans et au-delà, la pomme de terre est un aliment idéal, à consommer, spécialement autour des journées où le sport est présent - à l’école ou hors école.

     

    Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

     

  • Patrick Poivre d'Arvor "Un mot de vous, mon amour"

    ppda.gifEn ces jours privilégiés d'entente, de concorde, de bientraitance réciproque, je propose aux leceurs de ce blog le livre de Patrick Poivre d'Arvor, PPDA, "Un mot de vous, mon amour", qui est une anthologie des lettres d'amour préférées de cet auteur.

    Entre Héloïse et Abélard, Simone de Beauvoir et Sartre, Paul Eluard et Gala, et les échanges entre de nombreuses autres célébrités ce livre de 300 pages paru aux éditions Le Cherche Midi http://www.cherche-midi.com en septembre 2010 réjouira tous les âges.

    Il permettra aux plus jeunes d'appréhender avec bonheur et facilité la langue française, son style selon les époques, son orthographe, sa mélodie, son charme, sa fluidité, et moult autres ingrédients qui créent le plaisir de ce que parler et écrire français veulent dire.

    La langue de Molière, La Fontaine, Montesquieu, et tant d'autres n'aarash10.JPG pas fini de nous séduire. Nous, les nés en France, ainsi que tous les non français vivant hors de l'hexagone mais cependant amoureux et pratiquants de cette belle langue.

    Pour 19 euros, cet ouvrage est disponible.

    Et je remercie Arash Derambarsh, directeur du département politique et personnalités publiques aux éditions Le Cherche Midi, de m'avoir recommandé ce livre.

    La lecture d'une de ces lettres peut aider à l'endormissement des plus jeunes. En leur communiquant, en outre, aisément et en toute simplicité l'appétit de la langue française.  

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (page de couverture; photographie personnelle Arash Derambarsh)