Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jean-Luc Calyel commentaires sur « La confidence de l’ange »

calyel22sept10Ange.gifSachant l’impact ici de Jean-Luc Calyel en tant qu’auteur, je vous propos une page aveccalyel22 sept10quatre.jpg vos commentaires.

 

Voici les deux premiers.

 

Celui de Cécile le 22.09.2010, suite au billet du 22 septembre « Jean-Luc Calyel : La confidence de l’ange » :

« Enfin il arrive ! »

 

Celui de Mathilda le 24.09.2010 suite au billet du 23 septembre « Jean-Luc Calyel, Nice Matin, La confidence de l'ange » :

« Je souhaitais être la première à donner un avis sur ce roman. Aussi, je me suis précipitée chez Virgin dès hier matin. Voilà ma critique:
Je souhaite que cet ouvrage connaisse le succès qui lui revient. Tout est dedans et je ne suis pas étonnée connaissant désormais la sensibilité de cet auteur dans son premier livre.
Je trouve dans ce roman des qualités d'images, de sensualités et beaucoup d'émotions. J'ai beaucoup aimé la partie enfance/adolescence, très émouvante. Le descriptif, que JLC donne, transpire de vérité. Il pose un regard à la fois juste et attendrissant sur l’enfant car chacun sait de quoi sont capables les enfants entre eux.
Cependant je ne sais pas pourquoi, JLC a choisi des jumeaux ? Cela dit, le choix reste malgré tout judicieux et apporte beaucoup à l’histoire. Une sorte de double héros. Héros et antihéros à la fois. C’est aussi la représentativité de la dualité que nous portons tous en nous. Coupable et victime, victime et coupable, l’envie et la non-envie, souhaits et réalité, j'ai beaucoup aimé. J'ai aimé aussi la vie que l’auteur donne aux personnages "satellites". Ils sont là, pas trop, et apporte une autre atmosphère, grise, un peu comme dans un roman de Simenon. Peut-être que le clan des méchants méritait d'avantage... Mais après réflexion, j'imagine, qu'en leur donnant plus de vie, JLC aurait pu se perdre dans l'intrigue et égarer ‘peut-être’ les personnages principaux. Après tout, ils sont là comme une menace latente et la menace doit rester subjective, selon moi. Et puis il y a cette quête, cette essentielle présence, ce petit truc qui surveille ou rappelle qu'il existe autre chose de l’ordre de l'impalpable. En lisant ce roman, j'ai eu le sentiment de mieux connaitre l’auteur qui sait, sans aucun doute, toucher le cœur des Hommes. Superbe, superbe 1er roman !!! Vivement le prochain ! Merci M. Calyel ! »

 

L’auteur est très attentif à ce que vous lui dites.

 

Alors pas d’hésitation.

 

C’est à vous !

 

Un beau et bon premier week-end d’automne avec, peut-être, La confidence de l’ange.

 

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture de La confidence de l’ange » ; photographie Jean-Luc Calyel au salon du livre mars 2009 à paris, archives personnelles)

Commentaires

  • Je n'imaginais pas JLuc Calyel dans ce registre (roman, amour, spiritualité et fraternité). Je dois dire que c'est plutôt une réussite. N'étant pas amateur de ce genre de roman, j'étais plutôt hésitant à lire : la confidence de l'ange. En fait j'ai été embarqué par l'histoire un peu comme sur un toboggan. On grimpe les marches au début sans trop savoir où cela va nous ammener et puis au sommet c'est parti jusqu'à la dernière ligne du dernier chapitre ! Suspense, doute, peur et amour sont les principaux ingrédients de cette belle histoire. Pour un ancien membre du GIGN, il a su viser juste. En plein coeur du lecteur conquis que je suis devenu !

  • Ce roman vous prendra aux tripes.
    Si le destin de chacun des frères jumeaux se dessine peu à peu au fil de l'histoire, dans le décor mouvant de la Louisiane peuplé de personnages étrangement familiers et universels, rien ne laisse imaginer la fin palpitante et bouleversante de ce récit. J'ai été littéralement emmené par tout le passage du procès jusqu'à la dernière phrase dont je ne veux dévoiler aucun secret.
    Le style est imagé, direct, presque cinématographique.
    Ce livre se dévore en quelques heures et le climat instauré dans les dernières pages - également bien amené par le déroulement de l'intrigue - est une ouverture vers l'"essentiel" si difficile à discerner dans nos vies humaines noyées sous les images, les sollicitations et l'envie de posséder. Chacun y puisera la ou les phrases qui le toucheront et qui l'accompagneront telles des adages de vie.
    Bref, un livre inspirant et positif à lire et à relire. Bravo à l'auteur pour cette histoire qui élève et apaise.

Les commentaires sont fermés.