Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Précocité : Patricia, "révélateur" d'enfants doués, nous a quitté mercredi

Elle est partie, ce mercredi 8 septembre, vers 22h00, depuis l’hôpital Cochin où tous les soignants ont fait de leur mieux pour l’être à la bonté généreuse qu’était Patricia.

Signataire de la charte de l’Association Française des Enfants Précoces, AFEP, elle savait accueillir, à son cabinet de psychologue spécialiste de ce domaine, les enfants et leurs parents. Ou, parfois, des adultes en interrogation sur ce don éventuel. Le gène de la précocité, quand il est présent sur le chromosome 7, y restant toute la vie.

Comme nombre de ses confrères ou consœurs psychologues en précocité, Patricia savait difficilement dire non. D’où des semaines surchargées pour la nécessité d’un passage d’un niveau à un autre, ou les besoins d’un saut de classe à décrocher, ou la compréhension du corps enseignant à conquérir, ou une multitude d’autres motifs.

Patricia, "révélateur" d'enfants doués, à eux-mêmes et aux autres, avait un cœur compétent. Autant que son intelligence. La bonté rayonnait portée par un sourire, ce sourire qu’elle a gardé jusqu’au bout pour chaque infirmière venue dispenser quelque soin à son corps souffrant. Trop souffrant pour être réparé, bien qu’encore jeune – née à Saigon en 1952.

Cette bonté généreuse, afin que chaque consultation se déroule le plus possible dans de bonnes conditions, proposait au jeune candidat au test de QI une boisson fraîche en été, chaude en hiver, assortie de quelques gâteaux.

Vive et douce tout à la fois, les entretiens se déroulaient sans heurt. On ne voyait pas le temps passer !

Au cours des 3 visites faites à Cochin au 8 ème étage du pavillon Achard, j’ai regretté pour elle – Patricia en avait tellement envie ! – qu’elle ne puisse pas profiter à l’extérieur, 30 minutes, une heure, de la caresse d’un soleil de septembre encore ardent.

La dernière fois que je l’ai vue en vie, l’après-midi du lundi 6, elle a fait surface 3 fois. Alors consciente, je lui ai parlé d’elle, de son travail, d’amies communes, de ma famille qu’elle connaissait directement.

Elle a entendu. Elle a souri. De ce sourire qui était son image. Et j’ai chanté, longtemps, quand elle était apparemment repartie mais percevant peut-être, pensant lui faire plaisir ainsi.

Le vendredi précédent, voyant au chevet de son lit la psychologue clinicienne du service, elle a applaudi, marquant de ce signe particulier la venue de cette consœur. A qui j’ai révélé leur communauté de profession. Pour Patricia qui vivait essentiellement pour son travail, ce passage était très important.

Bonne suite à toi, Patricia !

Merci d’avoir insisté pour que certain test se déroule le 8 mars 2005.

Merci pour tous ceux et celles que je t’ai adressé et que tu as su aider, toujours.

Merci pour tout ce que tu as donné !

Tous ceux et celles que tu as révélé à eux-mêmes ne t'oublieront pas ! En leur dévoilant leur précocité; tu leur as donné une nouvelle naissance. Consciente, apaisante et joyeuse, oh combien !

Merci ! 

contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

Commentaires

  • J'ai rencontré Patricia à plusieurs reprises pas pour moi mais pour accompagner de grands jeunes 20 ans et plus qui rencontraient des situations délicates et ces jours dernierrs je pensais qu'il était temps de la contacter pour aider de nouveau une fille formidable et à a trop tendance à se dénigrer. De là où se trouve Patricia qu'elle continue à veiller sur tous les jeunes qu'elle a suivi et sur les moins jeunes aussi.
    Et moi par crainte d'avoir un mauvais QI je n'ai pas osé franchir le pas.
    Repose en Paix Patricia tu as fais du bon boulot, du bien rendu confiance et éspérance à des centaines de personnes. Bravo et merci

Les commentaires sont fermés.