Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfants doués, « précoces », « surdoués »

catrouxadda.jpg

Je reçois ce courrier de quelqu'un de mon entourage, documentaliste dans un important lycée de 2.000 élèves de grande banlieue, qui m’adresse un dossier sur ce thème qui m’est cher pour des raisons professionnelles et personnelles.

« Pour un dossier qui s’adresse à des ados c’est plutôt bien fichu comme éclairage. Pour ceux qui sont déjà savants sur le sujet il n’y a pas grand-chose de neuf.

Il faudrait que tous les éducateurs au sens très large connaissent un peu le sujet …

Si l’Education Nationale commence timidement à intégrer cette question dans la formation des enseignants c’est un pas incroyable qui peut sauver bien des jeunes. Et puis certains profs vont sans doute s’apercevoir qu’eux aussi entrent dans cette catégorie d’apprenants différents et donc de « pédagogues » également un peu différents…

Tu peux bien évidemment faire référence à l’article par ton blog. Plus il y aura de personnes informées, mieux ce sera pour tous les jeunes et les adultes incompris … !!!!

A très bientôt.

Jacqueline »

Ce courrier d’hier accompagne le dossier paru en juin 2010 dans un mensuel édité par Bayard Presse : « Les dossiers de l’actualité ». Le numéro de juin, outre le dossier mentionné, parle aussi du mondial de football, de la situation économique de la Grèce, de la pollution en Louisiane, etc…

Ce mensuel, généralement disponible dans les CDI, Centre de Documentation et d’Information des lycées et collèges, se trouve aussi en bibliothèque et médiathèque.

Il s’adresse aux jeunes dès la classe de 4 ème pour les bons lecteurs. Ou avant pour les très curieux. 

Le dossier de juin comporte 3 articles principaux.

L’un de Louis de Courcy "Enfants surdoués, adultes sensibles" qui décrit 3 exemples bien vivants de surdoués, en évoquant l’« originalité et le besoin de rigueur » de ces enfants, leur « hypersensibilité » ainsi qu’« une grande vulnérabilité ». Ces enfants devenus des adultes toujours surdoués ont pour nom Norbert Merjagnan écrivain, Marc Bellon chercher au CNRS en physique théorique, Victor Mignon chef de projet de la web-télé pour le service d’information du premier ministre.

L’autre article est signé Christine Legrand, titré « L’éducation nationale souhaite sensibiliser les enseignants », texte au sein duquel Arielle Adda est abondamment citée. Le livre qu’elle a co-écrit avec Hélène Catroux « L'enfant doué : L'intelligence réconciliée » chez Odile Jacob est un ouvrage de référence en la matière, Arielle Adda préférant le qualificatif de « doué » à celui de « surdoué » ou « précoce ».

Le troisième article consiste en l’interview de Jeanne Siaud-Facchin, auteur également de référence avec « L’enfant surdoué » paru chez Odile Jacob.

Les articles de Louis de Courcy et de Christine Legrand sont visibles sur le Net dans le journal La Croix du 30 avril 2010.

L’action de Sophie Côte, créatrice de l’AFEP, Association Française des Enfants Précoces, est soulignée. Elle a agi en direction de l’Education Nationale pour une prise en compte de la manière de fonctionner différente des « précoces », qui sont des enfants atypiques – 2,3 % d’une classe d’âge - au sein de la masse des enfants scolarisés.

Car, définition du dossier, « Etre « surdoué » -–est une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation singulière des ressources cognitives ».

Dès octobre 2007 l’éducation nationale préconisait par une circulaire une meilleure prise en charge de ces élèves atypiques et une formation des enseignants.

Il reste encore à avancer mieux. Et ce dossier le fait.

Allez-le voir moins de 18 ans, sachant que certains de vos professeurs ont été de ces enfants là.

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration : couverture du livre d’Arielle Adda)

Commentaires

  • bonjour,
    bien bien, très bien continue pour que la voie s'ouvre enfin aux précoces sans voix qui végétent dans des formations bidons qui n'ouvrent aucunes voies. ah et si l'education nationale en parle enfin dans 50 ans il y aure des avancées significatives pour la prise en compte de ces jeunes à l'école. Courage à vous tous les différents.

  • moi qui suis précoces, je trouve vos arguments très convainquant

  • oups !!! précoce !

Les commentaires sont fermés.