Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfants d’homo et autres

Le temps est à l’adoption. Ou à l’enfant, produit réussi de diverses techniques, qui a acquis droit de cité à côté de l’enfant disons plus spontané.

Ceux qui en ont envie peuvent aller regarder une émission, assez animée, de C dans l’Air « L’homo et l’enfant » du  12 novembre 2009 avec, d’un côté, le très traditionnel Christian Vanneste député UMP du Nord, de l’autre le trio Serge Hefez psychiatre, Franck Tanguy association des parents gais et lesbiens, Caroline Mécary avocate droit de la famille.

Que penser de tout ce tohu-bohu ?

Chacun est libre de perpétuer les valeurs qu’il choisit.

Seul le côté des enfants importe.

Comme le rappelle Serge Hefez, il fut un temps où les enfants du divorce – en quantité minime – étaient regardés comme des bêtes curieuses à l’école. Aujourd’hui, avec des enfants appartenant en nombre des familles monoparentales, les enfants du divorce et les autres ne font plus tache dans le paysage général.

C’est les enfants des gais et lesbiennes qui peuvent être remarqués.

Peu me chaut les méthodes des uns ou des autres pour disposer d’enfants – chacun prend ses responsabilités -  du moment que les enfants ne sont pas volés ni pris à d’autres parents bien vivants qui ne veulent pas cela.

Il nous est dit que 57 % des français seraient favorables à l'adoption par des couples homosexuels, et que 64% seraient favorables au mariage homosexuel.

Adoption ou autres manières ? Chacun fait ses choix.

Mais, homosexualité ou pas, les dons anonymes de gamètes me gênent. On perd côté origines. On perd aussi éventuellement en cas de besoin côté santé.

Quant une mère porteuse, avec un don aussi d’ovocyte, peut garder des liens avec le couple gai qui élève au quotidien l’enfant né de ses manipulations, voyant l’enfant une à deux fois l’an, cela me semble raisonnable. Ceci se fait.

La connaissance de ses origines me paraît une bonne chose. A fortiori quand elle est réclamée.

Il me semble qu’une adoption ou une procréation très technique n’empêche pas d’être un enfant heureux. Joyeux de vivre et épanoui.  En famille homosexuelle ou hétérosexuelle.

contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr

Les commentaires sont fermés.