Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Marie-Laure Picat : décès

Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

 

puiseaux.jpgHier, lundi 10 août, j’ai mis un billet « Marie-Laure Picat, partie ! » en rappelant les 3 billets précédents parus sur ce blog à son propos dont un commentaire amical et affectueux de Marie-Laure elle-même.Picat.jpg

Qui a mis ces lignes personnelles, affectueuses et amicales, le 19 mai 2009 : « bonjour a tous merci de votre gentillesse a ce jours la maladie gagne du chemin les os son attaquer a plus bisou a tous
je vous remercie de votre gentillesse encore merci mes le trajet suis son court rien va pour le mieux encore merci a vous tous bisous a vous tous a bientôt »

 

Depuis son décès et dans la presse papier de ce matin Marie-Laure, ses enfants, leur famille bis sont présents.

 

Avant le billet d’hier ici les 3 autres étaient :

* le 17 mars 2009 « Marie Laure PICAT signe «Le courage d’une mère » », avec  68 commentaires dont celui de Marie-Laure

* le 7 avril 2009 « Sophie Davant, Marie-Laure Picat, David Khayat » avec 13 commentaires

* le 26 mai 2009 « Avant Marie-Laure Picat, un "bug" ! », celui-là explique l’acharnement de Marie-Laure pour protéger ses enfants de pratiques trop répandues, inadéquates à tout le moins.

 

Persévérante Marie-Laure. Avec raison.

On le voit bien dans cet interview réalisé par Julie Saulnier d’Anne Berthod, qui a coécrit avec Marie-Laure son livre « Le courage d’une mère ».

 

Publié dans Lexpress.fr le 10/8/2009 à 15h50, alternant les questions de Julie et les réponses d’Anne, il a pour titre :

« On ne peut rien refuser à Marie-Laure Picat"

 

Anne Berthod a coécrit Le Courage d'une mèreavec Marie-Laure Picat,  une jeune femme, atteinte d'un cancer incurable, qui s'est éteinte dimanche à son domicile et qui avait choisi elle-même une famille d'accueil pour ses enfants. La journaliste se souvient de cette mère hors-normes.

 

Quand avez-vous vu Marie-Laure Picat pour la dernière fois?

Ma dernière visite remonte à trois semaines. Elle n'allait pas bien et était alitée à son domicile, comme elle le souhaitait. Elle était affaiblie mais le montrait le moins possible. Elle n'a jamais laissé la maladie lui plomber le moral. Depuis, je l'avais eu au téléphone.

 

Est-elle partie "tranquille" selon vous?

Marie-Laure se préparait à mourir depuis de longues semaines. Sa maladie n'a jamais été un tabou, ni pour elle, ni pour ses proches. Le principal c'est qu'elle ait pu dire au revoir à ses quatre enfants. Elle était prête et son entourage aussi. Les médecins lui donnaient jusqu'à février... Vivre jusqu'au mois de mai et voir sa fille aînée, Julie, souffler ses bougies était déjà une victoire pour elle.

 

Il n'a jamais été question que son mari ait la garde des enfants?

Non, d'un commun accord il a été décidé de placer les enfants dans une famille d'accueil. Etant donné son statut de chauffeur-livreur et ses horaires décousus, le mari se sentait dépassé par les événements. Une procédure de divorce avait été entamée mais elle n'a pu aboutir à cause de la mort prématurée de Marie-Laure.

 

Comprenez-vous son choix de sélectionner elle-même une famille d'accueil?

Je comprends sa motivation première: que ses enfants restent ensemble et ne soient pas dépaysés. Légalement, un parent ne peut pas, de son vivant, choisir une famille d'accueil pour ses enfants. Le conseil général bloquait donc son dossier... Elle n'avait pas d'alternative. Il n'y avait aucune garantie pour qu'une fois décédée, sa volonté soit respectée. C'est pour cette raison qu'elle a choisi de médiatiser l'affaire. Pour qu'on l'entende.

 

Comment Marie-Laure a-t-elle recruté le couple idéal?

Ca a été un coup de foudre réciproque. Elle est allée les voir de l'autre côté de la rue avec son franc parler habituel et leur a dit "c'est vous que je veux". Et comme on ne peut rien refuser à Marie-Laure, ils ont accepté. Ils ont pris l'engagement d'élever ses quatre enfants jusqu'à leurs 18 ans.

 

Comment s'est déroulé l'écriture du livre?

J'ai habité une semaine chez elle avec ses enfants et ses amis. Chez Marie-Laure, il y a toujours quelqu'un ! Après cette immersion, j'ai effectué plusieurs courts séjours et j'ai beaucoup parlé avec elle par téléphone. En public, c'est une grande gueule. Mais au fond c'est une femme avare de mots. C'est en tête en tête qu'elle a fini par se livrer, avec ses mots, simples et bruts. »

 

Je n’ai pas cheché à rencontrer Marie-Laure.

Elle avait assez de pression médiatique, elle et sa famille.

 

J’ai choisi de me mettre en contact avec la mairie de Puiseaux que je remercie ici.

Grâce à son maire, par le concours des employés municiapaux, j’ai adressé des tirages papiers des billets et, bien plus importants pour elle, ses enfant, et la famille bis des jeunes vos commentaires.

Qui sont bien arrivés puisque Marie-Laure a, d’elle-même, mis à son tour un commentaire pour remercier tout le monde pour le soutien apporté.

 

Maintenant il va falloir rester vigilant à propos de ses enfants.

Pas à propos de la famille bis des enfants mais à propos du Conseil Général, à garder en quelque sorte sous surveillance.

 

Et, pour ceux qui le souhaitent, soutenir le trajet scolaire obligatoire des jeunes et au-delà, jusqu’à leur accès à l’exercice d’une profession, quelle qu’elle soit.

 

Merci à la famille bis et courage à tous !

 

contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo : Marie-Laure et ses enfants)

Commentaires

  • Je viens de lire le livre de Marie-laure Picat et j'en suis bouleversée, étant maman de deux enfants. Quel courage et quelle femme exemplaire. Elle méritait le bonheur, auprès de ses quatre enfants après une enfance malheureuse. Heureusement qu'il existe des gens comme elle, d'autres qui se plaignent pour un rien. Je souhaite beaucoup de bonheur, de joie, de réussite à Julie, Thibaut, Matthieu et Margot mais aussi à Jean-Marc et Valérie et à tous ses amis qui l'ont aidé et soutenu. Je penserai très souvent à ces quatre "bébés".

  • bonjours je viens de lire le livre de marie laure picat en deux heure je trouve cette femme plus que courageuse elle a montrer a ses enfants combien elle l ai aimais en leur trouvant une famille qui l ai aimera comme elle l amour qu elle a elle d ecrit dans se livre ses enfants pourrons plus tard parler d elle avec le meme amour a leur enfants je souhaite beaucoup de courage a valérie et jean marc si un jours l etat change d avis je vous aiderais a faire une pétition contre la pmi ou autre organisme pour que ses enfants soient les plus heureux un petit mot pour julie t ai freres ont besoin de toi mais pense aussi a toi gros bisous a eux et bon courage

  • Sou Portuguesa e acabei de ler o livro.
    Não tenho palavras para descrever a emoção que senti ao ter conhecimento desta historia.
    Não sou mãe, mas imagino a dor desta mãe e destas crianças ao longo deste processo tão doloroso.
    Gostaria de conhecer pessoalmente as crianças, a familia de acolhimento e o tumulo onde está supultada Marie-Laure.
    Agradecia a quem tiver um endereço de e-mail que me faculte, seja da familia de acolhimento ou de algum amigo.
    Obrigada.
    Daniela

  • apres avoir hesite longtemps je viens de lire le livre de marie laure c est une histoire boulversante pleine de courage j ai eu beaucoup de mal a ne pas pleurer devant une telle vie et son combat face a ce cancer et surtout pour pouvoir choisir une famille pour ses enfants je suis maman de 4 enfants et je comprend son acharnement mais elle a eu ce courage pour se battre contre les diverses administrations malgre la maladie qui la rongeait chaque jour un peu plus en tant que femme et maman je l admire beaucoup je pense a elle souvent et j espere que ses 4 bebes comme elle le dit sont heureux et je leur souhaite beaucoup de bonheur

  • Je viens de terminer de lire ce livre magnifique, qui ma enormement toucher. Mon pére est mort d'un cancer des poumons qui c'est propagé jusqu'au cerveaux, et j'aurais aimé que ma belle mère ne me cache pas ceci j'avais 18 ans et voulant faire l'école d'aide soignante j'orai pus sans doute le prendre mieu que d'aller dans un hopital et d'entendre dire un médecin avec des mots "savant " face a mes 2 soeurs (14 et 8 ans). J'ai apprécier de savoir que cette femme est rester entourez par sa famille et je trouve tout ses enfants fort courageux en espérant qu'il trouverons des réponse dans ce livre et qu'il trouverons celui ci comme un formidable présent!
    Le courage de leur maman a été immence, et je trouve qu'on lui dois un fort respect.

  • je trouve cette femme très courageuse , je sais ce que c'est que une maman battante , elle a voulu se battre jusqu'au bout . elle a reussi a relever les defis qu'elle s'étais elle meme donnée .
    je trouve que ce livre est fabuleux , plein de courage , de force d'amour , la famille soudée (maman et enfant et leur grand mere de coeur "marie thé")avec les amis qui sont la pour les soutenir . je tenais a remercie les gens qui ont ete autour de cette famille et qui sont encors autour d'eux (je parle des enfants et la famille bis) pour les soutenir. malheureusement son combat de vivre jusqu'au bout me fait pensée a ma maman ... qui se bat tellement et que j'ai peur de perdre ...
    bravo a vous tous et a marie laure pour qui mes pensée sont souvent dirigée depuis qu'elle s'est eteinte ...

  • je viens de finir le livre de marie laure picat je ne peux expliquer les sentiments que j'épprouve tellement tellement bouleversée par cette maman qui s'est battue pour ses enfants mais j'aurais aimé savoir pourquoi les enfants ne sont plus chez les pinies et pourquoi ont ils été séparés? si cela ne vous gene pas de me répondre merci a vous

  • Les enfants ont-ils vraiment été séparés ? si oui pour quelles raisons ?

Les commentaires sont fermés.