Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Yann Arthus-Bertrand

Il y a sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci.

  

YannArthus09.06.05 004.jpgIl y a plusieurs années, en compagnie de jeunes de moins  de 10 ans, une série de YannArthus09.06.05 009.jpgphotographies réalisées par Yann Arthus-Bertrand et présentées en grand format à la station Métro RER Auber Opéra à Paris, avait régalé tous les visiteurs et passants s’attardant à les contempler. Qu’il s’agisse de paysages sublimes ou de dégâts causés, par exemple, par des invasions de jacinthes d’eau.

 

La beauté est une réalité qui réunit les hommes par delà les frontières.

Qui n’y est pas sensible ?

 

Notre mère nourricière la Terre n’a jamais failli à sa mission de nous nourrir et de nous materner.

 

Il semble que l’on ait un peu oublié le respect qui était dû à celle qui nous accueille et nous nourrit, oubliant après des siècles de développement durable cette notion. Bouleversant ici et là des équilibres résultant de nombreux paramètres.

 

Notre mère nourricière peut encore produire des aliments, fournir de l’eau, proposer à tous un air respirable.

 

Mais tout cela, même l’air que l’on respire, ne va pas de soi indéfiniment.

J’avais été très choquée, il n’y a pas si longtemps, en découvrant qu’en Beauce – le grenier à blé de la France – les céréaliers étaient obligés chaque saison de semailles d’acheter, année après année, les graines à ensemencer au lieu de piocher dans leur récolte de l’année précédente. Comme quand, il y a un siècle, on pratiquait encore en France le développement durable.

 

Sans être pessimistes, devenons attentifs. Rationalisons nos consommations. Rendons à la terre ce que nous lui prenons pour cesser de rompre des équilibres acquis au fil des millénaires.

 

Chacun peut faire des gestes simples.

Stopper les sacs plastiques, par exemple, qui polluent la vue, l’espace, mettent à mal des animaux.

Réduire la surchauffe des lieux de vie en hiver en remettant une petite laine.

Réfléchir au contenu des plateaux repas dont une bonne partie file en direct à la poubelle.

Etc…

 

Quand je consomme du poisson, je pense à deux choses. Comme consommateur économe à tous ceux qui sont rejetés, morts, pour ne pas dépasser les quotas. Comme médecin de santé publique à la quantité de pesticides que je suis, peut-être, comme d’autres, en train de m’inoculer sans le savoir en me nourrissant, car les pesticides se stockent dans les organismes vivants.

 

YannArthus09.06.05 002.jpgJe suis sûre que nombreux de par le monde ont pris ou prendront plaisir à suivre le film de Yann Arthus-YannArthus09.06.05 001.jpgBertrand. Oeuvre dont le Président de la République, Nicolas Sarkozy, remettra demain une copie spécialement réalisé et commenté en américain au Président des Etats Unis Barack Obama. Excellent geste. Pour un film qui ne peut qu’aider à fédérer les esprits.

A penser à être, à vivre.

 

Je suis d’accord avec les mesures prises lors du Grenelle de l’Environnement et lors d’autres rencontres au plan mondial. Elles se situent dans le bon sens.

 

Mais je ne suis pas d’accord pour culpabiliser les humains. Et, en cela, je marche avec les propos de Laurent Cabrol, bien dits dans son livre « CLIMAT : ET SI LA TERRE S ’EN SORTAIT TOUTE SEULE ? » paru aux éditions du ChercheMidi en avril 2008 grâce à Arash Derambash, directeur du département politique et personnalités publiques de cette maison d'éditions.

Sur ce blog vous pouvez voir aussi au 19.7.2008 : « Climat : qui croire ? Laurent Cabrol ? ». On est en effet dans l’ignorance de nombreux phénomènes. Et il est très orgueilleux de prétendre museler la planète, la dominer, la contrôler. Qui pourrait bloquer une éruption du volcan du Piton de la Fournaise ? C’est impossible !

 

Ce qui est possible, par contre, est de changer nos comportements en ce qu’ils ont de nocifs pour notre mère nourricière la Terre. Et prélever, année après année, sans évaluation mondiale, sans réflexion, des ressources qui ne sont pas inépuisables revient à mettre en péril l’espèce humaine.

 

Pourtant des exemples de vie respectant la terre on en a eu et on en a encore sous les yeux. Ainsi des tribus indiennes.

Mais on les a déclarés plus ou moins sous développées.

 

Pourtant, avec les possibilités de réfléchir dont disposent les hommes de par le monde de faire des choix appropriés, il serait possible de rompre cette chaîne qui risque de nous conduire, de conduire nos enfants, petits-enfants, arrières petits-enfants là où personne ne voudrait aller.

 

Avoir, posséder, à quoi cela servira-t-il le jour où il n’y aura plus l’eau indispensable à la vie ou encore un air respirable ?

 

On n’a plus le temps d’avoir honte.

Il faut se réveiller, sinon la terre deviendra un milieu hostile et invivable.

 

C’est en cela que je trouve bon le film de Yann, qui a mis dans ce "chef d'oeuvre" toutes ses compétences et tout son amour pour la vie.

 

Sans doute les jeunes serez-vous plus réactifs et raisonnables que les grands décideurs. Pour une raison simple: vous êtes plus près de vos origines, plus près des besoins de vos racines, plus près du réel essentiel de la vie.

 

Contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos: Yann Arthus-Bertrand  ce 5 juin sur France 2)

Commentaires

  • je viens de regarder le film de YANN ARTHUS BERTRAND;
    Il est urgent de réagir et d'agir pour la planète et pour l'homme sinon danger.
    les riches deviennent de plus en plus riche au détriment des hommes et de la planète. Avec la crise, il faut changer .nous allons vers une crise du type de 1930 couplé à une catastrophe humaine et planétaire .
    cordialement

    Michel lherot APEIS DU CHER

  • Je n'ai pas vu le film je fais partie des français qui n'ont pas de télé, pas de voiture, perdu leur téléphone portable...si si on peut vivre sans ces trucs là, je vous assure, Je mange de la viande une fois ou deux par semaine, du poisson de temps en temps...
    En ce moment je cueille les fraises de mon jardin, je guette mes groseilles qu'il va falloir que je dispute aux pigeons et autres merles qui tournent autour...
    une bonne idée pour préserver les ressources et permettre à de nombreuses personnes de s'alimenter serait le retour aux jardins ouvriers qui donnaient la possibilité à beaucoup de cultiver pommes de terre,....carottes...et des fleurs aussi même dans un potager c'est important. Les familles se retrouvaient le week end dans ces jardins potagers avec leurs enfants chacun son outil et tous pouvaient semer des graines radis ou autres...et d'un jardin à l'autre on se causait, on échangeait ses trucs. C'était convivial.
    Aujourd'hui au 21ème siècle où sont ces jardins, quelles villes se permettent ce luxe de préserver ce trésor.
    Il faut absolument que la terre cultivée par des familles regagnent le terrain perdu envahi de béton
    Il y a urgence à faire refleurir cette idée partout où cela est possible. En France mais partout dans tous les pays ; Son jardin à soit permet d'avoir des fruits et légumes sains.
    Les friches le long des voies de chemin de fer pourraient être utilisées de cette manière.
    Tous à vos balcon mettez y des tomates cerises ça marche très bien et les herbes aromatiques peuvent très bien se cultiver en pot ... Les radis aussi. essayer...redonner vie aux jardins ouvriers ne les laissez pas aux mains de promoteurs immobiliers avides de profits.
    Et un jour dans très longtemps peut êrtre que yann Arthus Bertand pourra survoler des petits morceaux de terre qui auront changer d'aspect. j'aurais pu parler de l'importance des mares, des grenouilles rouges de Madagascar qui disparaissent et des hérissons écrasés sur le bord des routes et de tout ce qui est à protéger les lézards....la liste ne cesse de s"allonger et les scientifiques n'ont même pas recenser toutes les plantes de la planéte certaines ont disparu avnt même d'être découverte.. Je crois que sur ce sujet je pourrai écrcre des pages et des pages.
    Des jardins ouvriers partout et pour tous.
    Bisous à notre blogueuse.

  • sympa !

Les commentaires sont fermés.