Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • http://www.myspace.com/napoleonisdead

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci. 

    Le 31 janvier 2009 126 visites avec 243 pages lues

    De la musique avant toute chose

    C’est ce qui ressort du myspace de ce natif de L.A. (Los Angeles) en 1988, qui retrouve à fond son terreau  natal avec 2009.

    Vous signalez ce site est comme un cadeau de Bonne Année Napo official.PNG. Et je garantis que son auteur enchanté par Daft Punk, branché sur Ed Banger risque fort de surprendre – dans le bon sens – au cours des mois à venir.

    Je n’en dis pas plus. Allez faire connaissance avec le site  http://www.myspace.com/napoleonisdead " et visitez-le régulièrement.

    L’être de 20 ans qui l’anime est plein de ressources.

    Hors musique, j’allais dire pour le civil – la musique peut être un art quasi sacerdotal ! oh ! là là je sens que je vais me faire taper sur les doigts à grande distance – le responsable de  napoleonisdead est étudiant.

    A vous de partir en découverte. Certaines choses rares se méritent.

    Les jeunes, vous respirez et vivez en musique. Mettant en œuvre au quotidien ce qu’écrit Paul Verlaine au début de son Art Poétique :  « De la musique avant toute chose… » 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr (illustration: archives personnelles de napoleonisdead : logo du site)

  • Nojoud : 10 ans, divorcée, voulant réussir sa vie

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci. nojoud28.1.09 007.jpg

    Le 30 janvier 2009 150 visites avec 366 pages lues

    Nojoud Ali a surgi un soir de cette semaine à la télévision, à l’occasion de la parution de son livre chez Michel nojoud28.1.09 012.jpgLafon « Moi, Nojoud, dix ans, divorcée ».

    En arabe elle nous a dit quelques phrases que j’ai été dans l’incapacité de saisir en direct, analphabète quant à la culture et à la langue du Yémen et plus généralement les us et coutumes du monde arabe – à l’exception quand même de références en matière scientifiques, poétiques,  artistiques, philosophiques et religieuses. Et médicales car je suis médecin.

     

    Avant-hier soir, mercredi 28 janvier 2009, grâce à Ni Putes Ni Soumises et à sa Présidente qui organisait près de chez moi  à 18H30  un débat à la Maison de la Mixité (70 rue des rigoles – 75020 Paris – Métro Jourdain), avec le sociologue Smaïn Laacher, j’ai pu la rencontrer directement, à l’issue de l’exercice demandée à cette jeune de se présenter de plein pied, à 50 cms d’une foule de lycéennes pour la plupart mineures avec quelques plus avancés en âge, pour répondre à des questions. Sur elle et sur son livre.

     

    Je dis bien une foule car c’est une petite salle, chaleureuse et claire, qui accueillait la densité d’environ 120 présents, attentifs, intéressés, étonnés et surpris parfois.

     

    Nojoud nous est apparue, tenue par la main d’une jeune étudiante faisant office de traductrice. Nojoud s’est assise, comme tous les nojoud28.1.09 024.jpgnojoud28.1.09 021.jpgautres, jolie comme on l’est généralement à cet âge.

     

    Ce qui m’a interpellée chez elle d’abord c’est une présence. Sa présence. Tranquille et intense. Un certain nombre de moins de 18ans naissent ainsi fabriqués et sont des personnes, filles ou garçons, agréables voire délicieuses à fréquenter dès le plus jeune âge. Evidemment, je n’ai pas connue Nojoud bébé.

     

    Mais du haut de ses 10 ans, solides et paisibles, cette personne – je me refuse à écrire « enfant »  car ce mot en France est porteur de trop de réduction  - m’a impressionnée.

     

    Il a été beaucoup question de mariages forcées, de mariages précoces, - Nojoud a été mariée -  c’était la 3 ème fois dans sa famille pour les filles – à un homme de 3 fois son âge, soit 30 ans.

    Je n’ai pas encore dévoré son ouvrage, préférant rapporter à froid son témoignage d’hier.

    Il est évident que se retrouver à 9 ans, en position de femme devant être soumise totalement aux désirs d’un mari, est une dure expérience. Que je ne vais pas commenter davantage.

    Il est évident que Nojoud a eu une veine inouïe en rencontrant au tribunal de la capitale du Yémen, Sanaa, où elle s’est réfugiée, des juges qui l’ont écoutée et dont la famille de l’un a pu l’accueillir sous son toit, les règles religieuses étant parfaitement respectées. Après tout on peut rêver et Nojoud  a – qui sait- ? peut-être bénéficié sans le savoir de l’aide occulte de l’ange Gabriel, celui du Prophète, pour la guider le bon jour, à la bonne heure vers les bonnes personnes capables de l’entendre. Dont un autre ange, l’avocate Shada Nasser, qui l’a défendu gratis.

    Il est évident, comme le faisait remarquer le sociologue présent,  Smain Laacher, que ce cas est et reste un fait divers, très médiatisé. Et nojoud28.1.09 005.jpgnojoud28.1.09 002.jpgnojoud28.1.09 025.jpgsur sa lancée il invitait les jeunes lycéennes en études médico-sociales du L.E.P. Etienne Dolet, présentes grâce à leur proviseur, à plancher sur une réflexion permettant de passer du fait divers isolé, de l’affaire publique au fait politique, donc à la loi.  

     

    Pour tous les présents le mariage précoce forcé est à rejeter. Pour certains et certaines, le mariage forcée ne devrait pas être, quel que soit l’âge – 25 ans, 30 ans etc…..

    A ce propos Latifa Bennari intervient fermement et avec justesse. Latifa est présidente- fondatrice de l'Association L'ANGE BLEU, http://www.ange-bleu.com qui est la seule associaton ayant  la particularité non seulement de s'occuper des victimes des pédophiles mais aussi de faire de la prévention avant passage à l'acte des personnes ayant des envies de cet ordre. Latifa a basé son aide associative totalement anonyme sur une démarche que nombre de scientifiques lui envieraient: à savoir l'observation concrète et sans a priori des personnes victimes de pédophiles ou de personnes victimes de leur pédophilie et s'efforçant de trouver de l'aide pour ne pas passer à l'acte. Elle rend aussi visite aux personnes emprisonnées.

     

    Certains voient en Nojoud une enfant. Mais je voudrais bien que l’on me définisse ce qui différencie un être de 10 ans d’un être de 18 ans, si on met de côté le développement physique ?  

    Les bonbons ? Mais les plus grands ont eux aussi des récompenses et tous les jeunes n’aiment pas les bonbons ni les chocolats ni les friandises.

    L’affectif ? Mais un moins de 18 ans dispose d’autant d’affectif qu’un majeur. Nojoud a exprimée un désir que je classe de par son intensité dans le champ de l’affectif : le désir de voir la mer. Que j’aurais été heureuse de la lui faire découvrir et sentir ! A défaut de La Manche, de l’Atlantique ou de la Méditerranée, elle a eu le plaisir de circuler à Paris en bateau mouche. A-t-on pensé à lui expliquer le pourquoi de ce nom de Mouche ? à elle si avide de savoir ?nojoud28.1.09 043.jpg

    La pensée ? Mais Nojoud nojoud28.1.09 013.jpg– et c’est sans doute une des raisons de sa présence intense – sait nojoud28.1.09 008.jpgparfaitement où elle se situe. Je veux dire qu’elle connaît son appétit d’apprendre, son envie de lutter contre une non justice qui conduit des mineurs à un mariage forcé non désiré, à ce qu’elle pressent comme un déséquilibre au niveau d’une société où les rênes sont tenues de manière privilégiée par les hommes.

    Alors qu’il est tout à fait possible de se mettre d’accord pour une gestion commune instaurant un mieux être commun. Ceci avec des sexes différents.

     

    Nojoud a déclaré hier une chose très importante : c’est que son mariage l’avait privéenojoud28.1.09 026.jpg de son école et de son environnement social habituel. Car qu’est-ce donc que de jouer avec les enfants de son nojoud28.1.09 027.jpgâge ? Sinon placer les premières bases d’un réseau social qui va se développer tout au long de la vie ?

    La démarche vers le tribunal de Nojoud était liée certes au mariage forcé et à la connotation physique de brutalité obligatoire en corollaire, mais aussi au deuil tout aussi brutal et tout aussi important, à un autre niveau, de ses repères sociaux et d’une croissance intellectuelle qui filait déjà  bon train. Mariée, Nojoud était coupée de sa vie antérieure d’écolière.

     

    Evidemment le papa de Nojoud nojoud28.1.09 023.jpgne souhaitait en rien nuire à sa fille. Il ne faisait qu’appliquer – comme pour les deux précédentes – les us et coutumes en tradition dans son pays. Ayant dû quitter sa campagne pour venir en ville habiter un quartier populaire, doté d’une famille très nombreuse, avoir une fille en moins représentait le souci en moins d’une bouche à nourrir.

     

    Le cours d’une vie ne s’arrête jamais.

    Il en va de même pour le cours de la vie de Nojoud.

    Elle nous a parlé de deux autre mineures, Arwa et Reem, qui dans sa suite ont pu, l’une divorcer et l’autre être  en instance de divorce. Elle leur a parlé, les a encouragées, les ayant rencontrées.

     

    nojoud28.1.09 033.jpgDe quoi a envie Nojoud maintenant ?

    Certes de reprendre une vie scolaire paisible et joyeuse, loin des déferlements médiatiques.nojoud28.1.09 048.jpg

    Mais elle veut plus. Et un autre ange est arrivé avec qui le contact s’est établi. Je l’ai vu de mes yeux. Et c’est quelque part ce que Nojoud attendait, espérait.  .

    Car elle a vécu une expérience qu’elle entend prolonger dans la foulée, la déclinant pour les autres dans le sens positif, dès maintenant. Comme elle a déjà pu soutenir deux d’entre elles.

    Nojoud n’a aucune envie de patienter dans son coin en attendant d’être un jour, selon son intime désir, pourvue des diplômes en droit nécessaires pour exercer la profession d’avocat qu’elle envisage. Rester dans son coin ? Maintenant ? Cantonnée à son seul parcours scolaire ? Ce serait étouffer vivante !

    Ce n’est pas ce qu’elle veut. La vie qu’elle veut maintenant, Nojoud, c’est en parallèle avec un cursus scolaire qui lui tient à cœur mener, là où elle se trouve, une existence responsable où elle pourra agir,nojoud28.1.09 045.jpg aider, participer, relayer le combat personnel qu’elle a mené mais cette fois en faveur des autres ayant besoin d’elle.

    C’est ce que moi, j’ai perçu. Aura-t-elle, Nojoud, retournée chez son père, un entourage lui laissant assez de liberté pour le faire ? Et d’abord pour la laisser fréquenter l’école sans trop d’absences ?

    Inch Allah ! Si Dieu le veut !

    Bonne route, Nojoud !

     

    Merci aux organisateurs de la soirée d’avant-hier, mercredi. A tous les présents. A Smaïn Laacher auteur de « Femmes invisibles, leurs mots contre la violence » paru en octobre 2008 chez Calmann-Lévy. A toute l’équipe de Ni Putes ni Soumises pour son accueil. Merci à sa présidente, Sihem Habchi.

     

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr (photos archives personnelles: de haut en bas l'entrée de Nojoud avec son étudiante traductrice, Nojoud tout sourire, Samïn Laacher, Nojoud et ses protectrices dont Sihem Habchi, Les lycéennes d'Etienne Dolet prises de dos et leur Proviseur, divers clichés avec les intervenants, tout en bas 3 clichés montrant Nojoud et Latifa Bennari http://www.ange-bleu.com et ange.bleu@wanadoo.fr

  • Diabète, sucre dans le sang, HbA1c

    Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les sujets récapitulés avec les jours où les trouvez. Merci. 

    Le 29 janvier 2009 180 visites avec 375 pages lues

    Trop de Français souffrent du Diabète et de ses conséquences. Encore davantage risquent d’en souffrir dans les années à venir.

    On estime aux environs de 4 % le pourcentage de Français traités pour Diabète. C’est beaucoup !

    Le pire est qu’au moins le tiers et plus de ces diabétiques ne contrôlent pas leur taux de sucre dans le sang autrement dit leur glycémie.

    Par méconnaissance.

     

    Volontairement, je commence par la seconde partie d’un article du 12 novembre 2007 que je mets intégralement ici du Dr. Philippe PRESLES dans le cadre de l’Enquête Choose Control, conduite dans 5 pays européens en partenariat avec l'International Diabetes Federation (IDF) Europe et l'Association française des diabétiques (AFD) avec le soutien des laboratoires Lilly.

    Cette seconde partie que je place en avant concerne l'hémoglobine glyquée, HbA1c, cette réalité méconnue de trop de diabétiques et donc trop peu dosée.

    « L'HbA1c est méconnue des diabétiques

    La théorie est très simple, la réalité tout autre puisque 34 à 46% des diabétiques ont un taux d'HbA1c supérieur à 8%. Pourquoi ? Ils méconnaissent ce dosage, ignorent la valeur limite et ne réalisent que très rarement ce dosage.

    La surveillance du diabète repose donc sur la réalisation d'un dosage trimestriel de l'HbA1c. Le traitement du diabète, quant à lui, s'appuie en première intention sur des mesures d'hygiène de vie : régime alimentaire, exercices physiques et lutte contre le tabac, la sédentarité et l'obésité.

    Une alimentation normalement équilibrée en glucides complexes est recommandée, mais pauvre en sucre simple et modérément hypocalorique en cas de surpoids. Il est aussi conseillé de diminuer la quantité de graisses et de boissons alcoolisées.

    Les médicaments dits antidiabétiques oraux sont utilisés en deuxième intention, si l'hygiène de vie ne permet pas un contrôle glycémique suffisant : sulfamides hypoglycémiants, biguanides (metformine), thiazolidinediones ou glitazones. »

    Les services où le suivi est bien fait au niveau des diabétiques qui les fréquentent font toujours le dosage de l’HbA1c. Ce dosage permet de connaître l'équilibre glycémique d'une personne durant les trois semaines qui ont précédé.
    Alors qu’un dosage simple de glycémie ne donne que le taux à l’instant T de la prise de sang, donc aucun historique en bien ou en mal.

    Tout ceci est clairement détaillé dans la première partie de l’article que je place maintenant. 

    « Diabète : une glycémie mal contrôlée entraine des complications

    Les résultats d'une enquête menée par des associations de patients montrent qu'en France, 34 à 46% des personnes souffrant de diabète sont mal contrôlés malgré leur traitement médicamenteux par antidiabétiques oraux.

    Or une glycémie qui ne se maintient pas autour des valeurs normales, autrement dit un diabète qui n'est pas bien traité, expose à des complications sérieuses, touchant essentiellement les vaisseaux sanguins.

    Lorsque les complications du diabète sont microvasculaires, on multiplie le risque d'atteinte de la rétine, des reins, du système nerveux, etc...
    Lorsqu'elles sont macrovasculaires, le risque d'infarctus du myocarde augmente, tout comme celui d'accident vasculaire cérébral ou d'atteinte des membres inférieurs.

    Rappelons que le diabète est dans notre pays une des principales causes de cécité, d'amputation et de dialyse.
    Un meilleur contrôle de la maladie s'impose donc afin de l'empêcher d'évoluer. Celui-ci passe par la mesure de la glycémie, mais tout autant par la surveillance du taux d'hémoglobine glyquée (HbA1c).

    Glycémie : qu'est-ce que l'hémoglobine glyquée ou HbA1c ?

    L'hémoglobine présente dans les globules rouges est le transporteur de l'oxygène dans l'organisme, mais elle a également la particularité de fixer du glucose.

    Ainsi, plus la glycémie est élevée, plus il y a de glucose dans le sang et plus il y a de glucose fixé à l'hémoglobine.

    Le dosage de l'hémoglobine glyquée correspond au pourcentage de molécules d'hémoglobine liées à une molécule de glucose.
    L'hémoglobine ayant une durée de vie de 3 semaines, les complexes hémoglobine/glucose (HbA1c) également.

    Ce dosage reflète donc la valeur de la glycémie et permet de suivre le contrôle du diabète. Un simple dosage de l'HbA1c tous les 3 mois, à partir d'un prélèvement sanguin, permet de connaître l'équilibre glycémique d'une personne durant les trois semaines qui ont précédé.
    Autrement dit, la glycémie correspond à une mesure instantanée du glucose dans le sang alors que l'HbA1c reflète la glycémie sur une longue période.

    Le taux normal de l'HbA1c chez un sujet non diabétique se situe entre 4 et 6%. Pour une personne atteinte de diabète, l'objectif est de ne pas dépasser 6,5%. »

    Les jeunes, informez-vous ! C’est indispensable pour parler avec les médecins.

    contact : francoiseboisseau@wanadoo.fr