Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Marc Machin soutenu par l’éditeur Arash Derambarsh

Sur la page intitulée "index thèmes blog" vous avez les sujets récapitulés avec les jours où les trouver. Merci. 

Le 8  janvier 2009 : 141 visites avec 374 pages consultées

Dans Le Parisien de ce jeudi 8 janvier 2009, signalé à la une et disposant de la parole à la page 14 qui lui est entièrement consacré sur l’édition papier, Marc Machin raconte. arashMachin.jpg

Rappel des faits.
Marc Machin a été condamné à 18 ans de prison pour le meurtre le 1 er décembre 2001 de Marie-Agnès Bedot, sous le pont de Neuilly. Il a toujours proclamé son innocence à propos de ce crime, hormis un faux aveu arraché sous la pression de la garde à vue, et sur lequel il est revenu sitôt devant le juge.
Condamné à 18 ans de prison, il a eu la « chance » que le vrai assassin, David Sagno, s’accuse de ce crime.
Après « sept ans de vie volée » ( je cite Marc Machin) cet homme de 26 ans a retrouvé le goût de la liberté en octobre 2008.

Aujourd’hui.
Depuis 2 mois, Marc Machin est tout à son autobiographie que va éditer le Cherche Midi éditeur – et Pascal Galodé. « La sortie est prévue pour début mars » indique Arah Derambarsh, le Directeur de Collection bien connu, qui précise « que ce sera un récit sans concession ». C’est grâce à Arash Derambarsh que Marc Machin libéré, mais dépourvu de tout, a reçu 10.000 euros, avance pour son travail d’auteur appelé à témoigner d’une période de sa vie derrière les barreaux et psychologiquement enchaîné. Cette bouée financière aide concrètement à retrouver une vraie dignité d’homme innocent.

Demain se prépare par ce livre qui est forcément thérapeutique dans ce cas pour son rédacteur. Ouvrage dont les pages vont permettre de faire connaître à l’immense foule des citoyens de France et d’ailleurs les innombrables moments blessants et asservissants de la vie en détention. Car si Marc Machin se savait non coupable devant Dieu, pour les autres de son environnement rapproché – gardiens, codétenus, etc...- il était au long des jours et des nuits tristement coupable devant la justice des hommes.

Pour les années à venir Marc Machin lance des appels pour se voir confier un travail « dans la nature, près des animaux ». Inscrit à l’ANPE, aux ASSEDIC, il a choisi de passer la prochaine semaine dans un haras pour acquérir un commencement de formation. La suite il peut d’ailleurs l’apprendre sur le tas, entouré de personnes qualifiées aptes à transmettre leur savoir. Depuis toujours les chevaux sont la passion de Marc. Et c’est un bon plan d’avenir pour ce nouveau libre, sans diplôme, emprisonné à 19 ans. Reprendre un régime de vie semblable à celui des hommes et des femmes non enfermés qui travaillent, ont un foyer, des loisirs, des enfants ne se fait pas d’un coup. L’emprisonnement conduit à une vie de rupture complète avec ce qui se passe hors les murs.

Dernier obstacle à franchir pour Marc Machin : la procédure de révision de sa condamnation pénale. Compliqué d’être lavé d’une accusation erronée ! Et long ! Là c’est aux magistrats de la cour de travailler.

L’essentiel, me semble-t-il, pour Marc Machin, est de s’immerger de mieux en mieux, jour après jour, dans son nouveau corps et son nouvel esprit d’homme libre, ayant fait connaître par l’intermédiaire de son récit personnel de vie comment peut s’enrayer une mécanique judiciaire, habile à construire un dossier à charge qui aboutit à condamner un innocent. La France doit apprendre à retrouver le chemin de l’habeas corpus ainsi que le respect de la présomption d’innocence, la partie à décharge étant trop souvent négligée.
Ceux et celles qui auraient raté l’édition papier de ce jour disposent au choix de l’édition en ligne du journal www.leparisien.fr qui propose aussi une vidéo toute fraîche d’hier filmée chez l’éditeur et où Marc Machin s’exprime sous le regard intelligent et bienveillant d’Arash Derambarsh http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafJ32p.html

Les jeunes, ce livre témoignage sera une mine d’informations. A découvrir bientôt !

Contact :francoiseboisseau@wanadoo.fr (photo du Parisien : Marc Machin et Arash Derambarsh)

Les commentaires sont fermés.