Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Karim ACHOUI et MAM

 Vous trouvez sur la page intitulée "index thèmes blog" les thèmes qui me paraissent les plus importants avec les jours où les trouvez . Merci. 23 septembre: 96 visites, 303 pages;

Je cite là ce qui apparu dans les médias hier lundi en début d'après-midi.

Plainte de Michèle Alliot-Marie contre l'avocat Karim Achoui arashpalais22sept08 002.jpg

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a déposé une plainte contre l'avocat Karim Achoui pour "diffamation envers la police nationale", a-t-on appris lundi au ministère de l'Intérieur.

 

Cette plainte, déposée en vertu de l'article 48 de la loi du 29 juillet 1881 sur la presse, est fondée "sur l'interview de l'avocat parue dans France Soir du 10 septembre 2008, dans laquelle il cite nommément un commissaire de la BREC (brigade régionale d'enquête et de coordination) de Versailles (Yvelines), comme étant impliqué dans la tentative d'assassinat" dont il avait fait l'objet en juin 2007 à Paris, a-t-on précisé de même source.

Le commissaire bénéficiera de la protection juridique du ministère, selon cette source.

La plainte de la ministre de l'Intérieur "ne vise que l'avocat", a-t-on indiqué au ministère de l'Intérieur, et pas l'éditeur du quotidien.

L'avocat avait été grièvement blessé par balles, au cours de la soirée du 22 juin 2007 à Paris.

Le tireur présumé, Rudy Terranova, avait été mis en examen et écroué le 18 avril dernier pour "tentative d'assassinat en bande organisée".

L'avocat Karim Achoui avait mis en cause la police peu après la tentative de meurtre qui l'a visé. Il a réitéré ses accusations dans un livre, "L'avocat à abattre" (Editions du Cherche midi), à paraître jeudi.

"Une frange de la police, plus particulièrement versaillaise, a trempé jusqu'au cou dans mon affaire", écrit notamment Me Achoui dans son ouvrage, dans lequel il cite nommément le commissaire de Versailles déjà évoqué dans France-Soir le 10 septembre.

Ce fonctionnaire de police a déposé un recours pour obtenir l'interdiction de l'ouvrage. L'audience en référé s'est déroulée ce lundi à 10H00 et la décision était attendue mardi matin.

"Je plains terriblement l'avocat de la ministre de l'Intérieur qui aura fort à faire pour expliquer au juge d'instruction en quoi ce que j'ai dit constitue une diffamation et justifie qu'elle se sente attaquée", a déclaré lundi l'avocat à l'AFP.

"Je note que cette plainte intervient à un moment charnière. Entre l'audience de référé ce (lundi) matin 10H00 et la décision demain (mardi) 10H00, nous avons la ministre de l'Intérieur qui entre en scène!", a ajouté Me Achoui.

"Je constate qu'un fonctionnaire de police ne peut absolument pas être mis en cause. Autant supprimer l'IGS (ndlr: l'Inspection générale des services, la "police des polices")!", a-t-il conclu.

Cet épisode intervient quelques heures à peine après la sortie de l'audience relatée sur ce blog au TGI de Paris le lundi 22 septembre. Cette plainte explicable du Ministre de l'Intérieur risque-t-elle d'avoir pesé sur la décision de Justice qui doit, en principe, tomber à 10 heures 00 ce mardi 23, sauf retard improbable ? 

Contact: francoiseboisseau@wandoo.fr   (photo archives personnelles: Maître Karim Achoui interviewé lundi après l'audience)

Les commentaires sont fermés.