Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • jumeaux 4 ans placés !

    Mascarade !

    Ce blog a été créé pour les moins de 18 ans. Par répercussion il s'adresse aussi aux plus de 18 ans qui sont censés prendre soin d'eux en s'autorisant quand ils veulent, ces grands responsables, une autorité agressive ! comme ça ! parce qu'ils sont les chefs et peuvent abuser de leur pouvoir!

    Conséquences  pratique sur 2 jumeaux de 4 ans arrachés à leur famille vraie depuis 2 ans pour être placés - à partir d'erreurs de diagnostic ! - entre les mains toutes puissantes de la Justice/ASE, jumeaux toujours maintenus en famille d'accueil, malgré l'Appel du 24 janvier 2008. En effet, l'autorité vient de confirmer ces jours le maintien en placement anti-humain et la privations de répères et d'affection familiale pour ce garçonnet et sa fillette de soeur... 

    Je connais ces 2 enfants, beaux enfants en plus ! J'ai joué avec eux. Je sais combien il est néfaste pour eux de demeurer placés, combien il serait bon peur eux d'être rendus à leur papa et leur maman ainsi qu'au reste de la famille dont ils sont coupés - grands-parents, jeunes cousins de leur génération, ... J'ai apporté volontairement et spontanément mon témoignage écrit de médecin au niveau de la cour d'Appel concernée. En vain à cette étape.

    Mais on ne baisse pas les bras!

    Certes je ne suis rien pour eux du côté des liens du sang. Mais quel être humain serais-je ? quelle femme serais-je ? quelle mère serais-je ? quelle responsable serais-je ? quel médecin serais-je si j'osais détourner mes yeux, mon esprit et mon coeur de ces gosses incapables de se défendre de la "sordiderie" de certains adultes ? adultes  eux-mêmes victimes de certains systèmes ancrés dans une routine au ronron tellement confortable qu'ils ne savent plus ce qui est bien et bon pour ces jeunes.

    Que l'on me montre des jeunes de 4 ans, épanouis d'être privés de père et mère qu'ils ne sont autorisés à voir que de façon parcimonieuse, loin de ce qui fut leur chez eux jusqu'à l'âge de 2 ans. Qu'on me montre l'enthousiasme de ces jeunes là, aux rencontres avec les parents toujours en lieux extérieurs et constamment surveillés par des éducateurs acompagnateurs, quand ils doivent abandonner contre leur gré ces parents là à la fin des minutes comptées. Ces jeunes n'ont qu'un désir légitime: rentrer enfin chez eux avec papa et maman.

    Pas de chance pour eux ! La maltraitance institutionnelle règne en maître. Qui en est la cause ? La justice ? Les gardiens de l'ASE ou l'association à qui a été délégué cette fonction de gardiennage ? Les deux ?  

    Les juges des enfants sont indépendants. Je me demande comment ils sont formés puis comment leurs compétences sont évaluées  régulièrement. Je me demande si des familles d'enfants placés ou des représentants de ces familles d'enfants sont présents pour ces évalutions et si leur avis est bien pris en compte pour évaluer ce qui est fait à leur enfant ? Après tout ils ont toujours l'autorité parentale et doivent être écoutés encore plus s'ils font partie des 50% dont les enfants ont été placés à tort ! Les compétence de l'ASE sont-elles contrôlées ? de même que celles des éducateurs qu'ils soient ou non spécialisés ? Là encore quand les parents sont-ils présents ?  Les parents des 50% des jeunes placés dans la plus totale légèreté et indifférence ? Qu'est-ce qui autorise Justice et A.S.E. ou équivalent à mépriser les  besoins affectifs majeurs de leurs frères humains de moins de 18 ans ?  

    Pourquoi autant d'incompétence ? autant de négligence ? Parce que ces enfants ne sont pas des électeurs ?

    Ce soir la télévision fait grand cas - avec raison - des handicapés à l'assaut du Kilimandjaro. Il a fallu du temps pour que ces hommes et femmes là cessent d'être consdérés comme des sous-êtres humains.

    Les moins de 18 ans placés sont aujourd'hui des sous-êtres humains. N'est-il pas grand temps de mettre fin à cet état de choses ? 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • France-Israël 27.2.08

    Au gymnase Japy, 2 rue Japy, Paris, 11 ème, hier à 18h30, accueil chaleureux dans ce lieu qui vit passer nombre de femmes et d'enfants avant la destination d'Auschwitz. Or, il existe sur une façade du gymnase des plaques commémoratives.

    Les présents, pas toujours au courant de cela - moi la première - participent à une réunion publique de l'Association France-Israël qui affiche "une amitié au service de la Paix".

    Dans cette période de préparation des élections municipales qui ont lieu les 9 et 16 mars, Claude-Annick TISSOT, Conseiller de Paris, Tête de liste d’Union
    pour un Paris Gagnant ouvre la séance.

    Simone Veil, présidente du Parlement européen et qui parraine la réunion parle avec émotion, pudeur et sincérité du passé et du présent où elle vient d'intervenir à propos de la prise en charge de la mémoire par les élèves de CM2 des enfants juifs victimes de la Soah, faisant remarquer qu'aujourdhui ces enfants seraient très loin de leur enfance s'ils avaient continué leur vie etc...

    Françoise de Panafieu, candidate à la mairie de Paris , Député de Paris et maire du 17 ème, est encouragée dans sa démarche. Un rapprochement fort entre les villes de Paris et Jérusalem - berceau des 3 grandes religions monothéistes - est possible s'il est vraiment voulu. Ce qui est le cas du mouvement  donné par le Président de la République Nicolas Sarkozy.

    Dans le cours des interventions il est  dit que des réunions de personnalités  appartenant à ces 3 religions peuvent devenir possibles dans le cadre d'une recherche de la paix. Mme Simone Veil déclare d'ailleurs qu'elle souhaite de tout coeur que les palestiniens non islamistes et les habitants de l'Etat d'Israël puissent vivre en bonne compagnie.

    Par ailleurs tout le monde souhaite que Paris soit une vraie grande capitale du monde, que notre ville ait une réelle dimension internationale. Objectif que le  Président de la République,Nicolas Sarkozy, s'efforce de mettre en pratique. Dans ce contexte une excellente qualité relationnelle entre France et Israël est primordiale alors que les 60 ans de l'Etat hébreu sont l'objet de visites d'Etat majeures.

    J'écoute avec beaucoupd'intérêt Claude Goasguen, Député de Paris, Président du groupe d'amitié France-Israël à l'Assemblée Nationale, Il m'apprend, comme souvent.

    Jean-Marie Cavada intervient avec tout le talent que l'on sait. Ce grand évoque chemin faisant la  judaïcité de son fils et l'émotion que lui procure son petit-fils qui a été nommé Robin car il est né, ce garçon, au matin du jour qui allait voir l'assassinat le soir d'Isaac Rabin.

    Je ne peux pas oublier Jack Yves Bohbot, conseiller de Paris, candidat sur la liste du 11 ème, et Vice-Président du Consistoire. Il a été qualifié au cours de cette réunion de "soldat"  de la Paix. Je ne peux qu'adhérer  aux qualités bien réelles évoquées à son propos. Je pourrais développer beaucoup. Je résumerai en disant que c'est un homme de coeur, de foi et de paix sur lequel chacun peut compter.

    Des sujets concrets sont évoqués, par exemple:

    . le non placement sur le parvis de l'Hôtel de Ville  de la photographie du soldat franco-israélien Gilad Shalit  au motif que ce parvis n'est pas sécurisé. Actuellement ctte photo est  placée  dans un endroit isolé et non sécurisé du 12 arrt. Question: pourquoi ce français semble-t-il considéré comme moins français que certaine autre française ?

    . le refus d'aider en juin dernier 2007 les enfants de Sderot, ville mitoyenne de la bande de Gaza  qui a reçu  6.000 roquettes ! Une simple subvention ponctuelle à titre d'aide humanitaire pour ces enfants était demandée. Cette requête de Claude Goasguen - légitimée par le pacte de coopération entre Paris et Jérusalem  que le Conseil de Paris a voté - a été refusée par le maire de Paris !!!

    Dans ces 2 cas et pour d'autres, Françoise de Panafieu a fait écho à toutes les demandes faites et les a soutenues. En vain. 

    Il importe de faire bouger les choses dans le bon sens. 

    La chanteuse yiddish Talila avec ses accompagnateurs interprète avec sensibilité une chanson dédiée à toutes les victimes de la barbarie humaine ayant transitées   entre les murs de ce gymnase où nous sommes présents. Avec brio elle nous régale aussi d'air plus alerte. Et elle termine cette réunion très conviviale avec les 2 hymnes nationaux.

    A la fin je rate pour cette fois mon ancien ministre, Simone Veil. Françoise de Panafieu est aisément abordable dans le 17 ème où je suis souvent. Claude Goasguen est trop accaparé. Mais j'encourage Lynda Asmani, Jean-Marie Cavada et Jack-Yves Bohbot.

    Je n'ai pas parlé de tous et toutes. De ceux qui ont aidé par leur vie donnée  à aller dans le sens évoqué par Simone Veil de la recherche de "la vérité, la justice et  la concorde." De ceux bien vivants qui agissent : une Murielle Schorr, une Nicole Guedje, le représentant du Parlement, les justes etc...Qu'ils veuillent bien accepter mes excuses.

    En bref, tout ce que j'ai vu et entendu  est encourageant.

    Les jeunes et les moins jeunes, n'oubliez jamais de rechercher le phare de la concorde, le soleil de l'amitié. Ce spont ces valeurs là qui peuvent aider les hommes de ce monde !

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr

  • Handicap: moquerie ?

    HONTEUX !

    Handicap moqué ! fut-ce involontairement...

    C'est un garçon posé et calme de 27 ans venu de sa banlieue du Nord de Paris pour soumettre au Garde des Sceaux, Rachida DATI, tête de liste de l'UMP pour la Mairie du 7 ème arrt, un cas pratique relevant d'un problème général concernant le Ministère de la Justice. Sujet à propos duquel il n'a été sur place, là où il vit, ni écouté ni entendu.

    Entendu ce dimanche 24 février 2008 - ce qui constitue déjà un début de réponse - il m'a déclaré ensuite alors que nous échangions quelques propos combien il venait d'être choqué par la publicité faite sur une affiche du métro parisien. Il faut dire que ce garçon se bouge beaucoup pour les handicapés, ce qui sensibilise à tous dérapages de côté là.

    J'avoue que je n'avais rien vu.

    A la première occasion j'ai épluché les affiches. Dès la 1 ère station, j'ai su.

    L'intention ne devait pas être a priori malveillante. Mais le concepteur avait manqué de réflexion car il ou elle n'était certainement pas concerné(e) par la maladie citée, ni sans doute par aucune pathologie.

    De quoi s'agissait-il ?

    C'était une grande affiche d'une maison affichant "publicité", digital, marketing, services". Sur un fond de couleur agréable on voyait d'un côté uns sorte de crocodile ou d'iguane stylisé alors que du côté opposé les lettres australia étaient déclinées comme suit, avec quelques virgules/larmes colorées dudit animal:

    a   rticulation

    u   n

    s   logan

    t   onitruant

    r   aoul

    a   maloua

    l   '

    i   guane

    e   pileptique

    Cet épileptique est mal venu. On aurait pu voir apparaître d'autres maladies à partir du a, par exemple.

    C'est l'usage d'un mot relatif à une maladie - trop souvent source de handicap - sur support sans rapport avec cette atteinte qui peut hérisser les épilesptiques, leur famille et leur entourage.

    Et hérisser aussi tout porteur de handicap.

    Qui a contrôlé cette affiche ?

    Toute personne qui veut exprimer son malaise à ce propos ou son indignation peut s'adresser à son député et à son sénateur par courrier ou en les rencontrant; ou encore en parler à une association qui relaiera.

    Personnellement, je transmets cette page pour information - l'action découlant naturellement d'une information correcte -au Député de la Loire, Jean-François CHOSSY, dont je sais le souci pour améliorer la vie des handicapés. Et grâce auquel une loi, dite "Loi CHOSSY" pour une meilleure prise en charge de l'autisme a été votée.

    Les moins de 18 ans et les autres, qu'en pensez-vous ?

    Faut-il se taire ? Faut-il dire pour cette fois ou pour prévenir une "récidive " ? 

    contact: francoiseboisseau@wanadoo.fr